Reflet des valeurs canadiennes

 SwittersB

Phare à Peggy's Cove, Nouvelle-Écosse. Photo : SwittersB​

Les valeurs sont cruciales. Elles fournissent des balises indiquant la façon dont le Canada peut progresser en tant que société, dont nous pouvons nous orienter durant les périodes difficiles, dont nous pouvons inspirer nos citoyens et dont nous pouvons être convaincus que les politiques et les programmes que nous recommandons, ainsi que la voie que nous choisissons, refléteront la vision de nos citoyens.

L’ICM est ancré dans les valeurs canadiennes.

Il faut d’abord nous fonder sur la croyance que notre valeur fondamentale en tant que Canadiens est le principe du « destin commun » : c’est-à-dire que notre société est souvent le mieux façonnée grâce à l’action collective; qu’il y a une limite à ce qui peut être accompli par des personnes agissant seules; que la somme d’une bonne société et de ce qu’elle peut réaliser est supérieure à l’ensemble des parties remarquablement diversifiées qui la composent.

À partir de ce principe fondamental de destin commun et d’action collective, et de consultations publiques exhaustives avec les Canadiens, plusieurs valeurs consensuelles fondamentales ont éclairé l’élaboration de l’ICM :

  • justice
  • diversité
  • ​équité
  • sécurité économique
  • démocratie
  • durabilité

L’un des principaux défis a été de nous assurer que les indicateurs qu’utilise l’ICM pour mesurer le mieux-être reflètent ces valeurs. Les indicateurs sont littéralement conçus pour révéler ou faire ressortir des objectifs sociaux fondamentaux. On peut les utiliser pour susciter la discussion concernant les types de politiques, de programmes et d’activités qui rapprocheront plus rapidement le Canada d’un état de mieux-être supérieur et doteront les Canadiens de données probantes afin de promouvoir le mieux-être auprès des décisionnaires et des décideurs.

L’honorable Roy J. Romanow,L’honorable Roy J. Romanow, C.P., O.C., S.O.M., C.R.; chancelier de l’Université de Saskatchewan; ancien premier ministre de la Saskatchewan; président fondateur, conseil consultatif de l’ICM

Les indicateurs sont très puissants. Ce que nous comptons et mesurons nous stimule à comprendre si nous nous portons mieux qu’auparavant, si nous laissons un monde meilleur à nos enfants, et ce que nous devons changer.

Transformation des valeurs fondamentales en domaines de l’ICM

Dès le début, nous avons interrogé les Canadiens pour savoir ce qui comptait pour eux et leur famille, ce à quoi ils aspiraient pour leur communauté, de quels types d’information ils avaient besoin pour promouvoir le mieux-être auprès des décisionnaires et des décideurs, afin de tenir compte des raisons pour lesquelles les choses s’améliorent ou se détériorent.

Les Canadiens nous ont indiqué assez clairement que leurs principales priorités en matière de qualité de vie étaient l'éducation primaire et secondaire, l'accès aux soins de santé, un environnement sain, de l'air propre et de l'eau pure, les programmes sociaux, une fiscalité responsable, la sécurité et la sûreté publiques, la sécurité d'emploi, des possibilités d'emploi, un salaire suffisant, un emploi du temps équilibré et la participation citoyenne. Ces thèmes communs sont ressortis constamment, peu importent les régions, les classes sociales et les diverses caractéristiques démographiques. Et, ce qui est le plus important pour l’ICM, est que les Canadiens nous ont dit que la qualité de vie devrait être observée de façon plus systématique, uniforme et exhaustive.

Les commentaires fournis par les Canadiens ont été convertis par le Comité directeur national de l’ICM (qui a existé de 2004 à 2007) en un cadre composé au départ de sept domaines, et puis de huit domaines, calibrés à partir des valeurs canadiennes. Le cadre a ensuite été présenté et a été l’objet de discussions lors de deux rondes de consultations pancanadiennes avec les parties prenantes, ainsi qu’à une conférence nationale de leaders canadiens. Ces consultations ont confirmé que l'ICM avait transformé les valeurs fondamentales en domaines thématiques, et que ces domaines étaient effectivement enracinés dans des valeurs consensuelles canadiennes relatives à ce qui compte véritablement.

Retour au début