Lion de Bourges: Folios 71-80 (lines 13792-15774)

On the same night that Gaudiffer accepts to take Lion to Herpin’s grave, he offers his hospitality to Lion and his squire Ganor. When they are both in a deep sleep, Gaudiffer gathers a group of murderers. However, Lion is awakened by a premonitory dream and at that moment the White Knight appears to let him know of the double betrayal of Gaudiffer and also to help him to fight off the murderers.

Gaudiffer presents himself in front of the pope to make him believe that he was attacked and that he avoided this criminal undertaking himself. Lion, in turn, tells the truth and requests a single combat in order to force Gaudiffer to confess.

Early in the morning, Lion and Gaudiffer present themselves on the battlefield. When Gaudiffer is supposed to swear on the relics that he is innocent, he begins to spin around and falls. In spite of this omen, he accepts the combat. He loses his helmet, then his ear and finally an eye. After losing his second eye, he confesses his crimes. Then, he is quartered and hung.

Lion, King Henry, Raymon de Vauvenisse and Ganor leave Rome and, to the joy of Florantine, go to Monlusant. One month after his return, Lion decides to embark on the trails of his father and mother. Florantine, who is pregnant, tries to detain him, but without success. Before his departure, Lion entrusts Florantine to Bauduyn and the protection of the town to his chamberlain Thiéry who is made viscount of Monlusant.

Shortly after Lion’s departure, Florantine gives birth to two sons, Guillaume and Herpin. Herpin will be known later on as Olivier. A spy hired by Garnier, will inform him of Lion’s departure and the birth of the two sons. The duke assigns the task of abducting the two children to Genoivre. She disguises one of her ladies as a pilgrim so that she can go to Monlusant under the pretext of bringing news about Lion. The trick works: the “pilgrim” is celebrated and she spends the night in Florantine’s rooms, not far from the children. During the night, she sneaks up to the crib and takes one of them. Back at Reggio, the “pilgrim” gives the child to Genoivre, explaining that the second child is dead. Garnier gives the “pilgrim” one hundred florins and then orders one of his squires to get rid of the child. The squire takes the child into the forest to execute it, but at the moment that he lifts his sword, the child smiles and softens the cruel Henry who does not carry out the crime.

Abandoned under an olive tree, the child is found by a cow herder, who baptizes him Olivier, while Henry assures duke Garnier that he completed his mission. Thinking that Lion no longer has any heirs, Garnier prepares his army to attack Sicily, in spite of the oath that he had made in Rome. He enters Sicily, capturing and destroying the towns on the way before getting to Bonivant, ten leagues from Monlusant.

The inhabitants organize their defense while Garnier commands the king to give him Florantine. In response, the king prepares himself to save Bonivant. The onslaught takes place at the town wall; the fate of the battle remains undecided until Genoivre sends reinforcements from Calabrais.

Folio 71ra

Estoit pourtér en air ver le cielz droitement.

Et la malle beste dont la avoit grantment

Venoient faire a Garno sifaitement,

Et le cuer a lour ongle oster villainnement

13796Et le veoit navréz avironneement

Et le sang de son corpz saillir hidousement.

A cez mot s'aveillait assez ysnellement,

Et qu'il ovrit cez yeulz appersut clerement

13800Le Blanc Chevalier noble et li dit doulcement:

« Compain, levés vous sus, pour Dieu omnipotent.

Saichiez se je n'estoie ains l'ajornement,

Seriez mort et perrilz et mordry faulsement,

13804Car Gaudiffer vous hoste desire durement

Que mis soiez a ffin, si vous dirait comment:

Il ait vanduit ton perre a la paienne gens

Pour ceu que l'appostolle l'amoit certennement

13808Et que mis ot a honnour Herpin si haultement;

S'avoit cestui pauour et se doubtoit forment

Qu'i ne perdit s'onnour en cestui chaissement. »

Et quant Lion l'oyt, soy dressait vistement;

13812Devant son compaingnon qu'il amoit bonnement

S'agenollait Lion et graice li en rant,

Et li ait dit: « Compain, je persois clerement

Que vous ne m'avez mie mis en obliement. »

13816Dit li Blanc Chevalier: « Ne vous doubtez niant.

Tant que le cuer arez plain de bon couvenant

Ne vous faurait je point, car Jhesu s'i assant. »

Ensi qu'i parloient entre yaulz doulx parellement,

13820Vont lez vingt glouton entrant laidement.

Per foid, tous y estez mors, faulz traytre pullent!

Ne vous garantiroit li avoir d'Oriant.

Lez espee ont traite, si fierent laidement

13824Contre mur et parois si que li fer feu rent.

Au lit Lion viennent demenant tel torment,

Si que pour lui ossire vinrent haistivement.

Garno dit: « Gentilz sire, trop vous va mallement!

13828Nous somme ostelléz en ung ostelz pullant.

Tous y seront mourdry s'a Dieu pitiet n'an prant! »

Et Lion li ait dit: « Ne t'esmaiez noiant!

J'ai le Blanc Chevalier que nous vie deffant,

13832Que Jhesu m'ait tramis a qui le monde appant. »

« Garnor, s'ai dit Lion, ne vous esmaiez mie,

Car li Blanc Chevalier m'est venus faire aye.

Or sus! Si nous vestons, amis, je vous en prie. »

13836Et li glouton venoient a chiere resoingnie;

Sur le lit Lion fierent pour li tollir la vie,

Mais li Blanc Chevalier tint la lance aguisie

Et la fist telz miraicle li doulz fruit de vie

13840Que chescun de cez vingt dont je vous signiffie

Ot la grante paour en celle chambre voltie;

Que chescun est verséz, li ung brait l'autre crie,

Folio 71rb

Et Lion tint en ung poing une espee forbie;

13844A trestous s'an vait que chiere ot abaubie;

Il lour tranche lez chief, perse et cuer et fye.

Quaitorze en y ot mort en ycelle neutie.

A Gaudiffer de Savoie le contait une espie,

13848Comment li compaingnon sont mort a grant haichie.

« Hé, Dieu, dit Gaudiffer, vecy grant diablie!

Comment puet avoir ung seul homme tel fellonnie! »

De son hostel se parrt, s'ait sa maison laissie;

13852Oncque n'y demourait ne verlet ne maingnie.

Et li Blanc Chevalier ait la chambre veudie

Et enmayne Lion que moult en Dieu se fye

Et Garnor li vaissalz a la chiere agencie.

13856Lion vait esveillier sa grant chevaillerie

Et lour conte le fait, la trayson baistie

Que Gaudiffer avoit faite et commancie.

Et quant cil l'ont oyr, chiere ont fait esbaihie;

13860Au Blanc Chevalier vinrent et chescun le mercie.

A genous se sont mis, chescun moult le graicie.

Liez furent li baron quant oyrent recorder

Que de si grant perrilz lez fist Dieu eschepper.

13864Le Blanc Chevalier vont mercyer et loer.

De l'ostel s'an partirent, n'y volrent demourer;

Enver l'ostelz au roy c'on doit Hanry clamer

S'an est venus Lion qui moult ot le cuer belz.

13868A sa chambre en vait la trayson conter

Et comment Gaudiffer, que Dieu puist crevanter,

Lez volt faire per neut mourdrir et devoreir,

Et li dit: « Sire roy, vous n'en pouez raller,

13872Car demain le volrait de trayson retter,

Et la mort de mon perre li volrait demander.

De Romme jamaix jour ne m'en vuelz dessevrer

Se li arait fait son forfait comparrer.

13876Plux felon mourdreour ne porait on trouver;

Cis Sire lez confonde qui se laissait pener!

Se li Blanc Chevalier ne me volcist tanser,

Tout li or de ceu monde ne me poroit garder

13880Qu'i ne m'eust couvenus morir et devyer

Entre moy et Garno qui moult fait a louer,

Et tous mez chevalier que je fis osteller.

Maix il lou conparrait quoy qu'i doie couster! »

13884Et dit li roy Hanry: « Ceu fait a creanter.

De maitin en yrons droit au pappe parrler. »

Ensi dist li roy Hanry que Dieu puist honnorer.

Or larait de Lion ung bien petit ester,

13888Dirait de Gaudiffer ou il n'ot qu'ayreir;

Pour la grant trayson que il volt porpanser

Que ensi fuit faillie, le sanc cude derver.

Il estoit si dollant qu'il ne sceit qu'esperer

13892Ne comment puist la chose aultrement demener.

Plux de cent horion se vait la neut donner;

Folio 71va

Il s'en faillit petit qu'il ne se volt desperer,

Et dit: « Trop sus meschans de trayson braser.

13896Je cudoie moult bien Lion a mort livrer,

Per quoy ne lou couvenist au pappe ramener

Ne dire de son perre la ou il volt finer.

Or m'en covanrait il la chose desclairier.

13900Laisse, je n'an sai que dire, Dieu m'en puist conforter!

Li pappe me ferait asseztost disposer

De l'onnour que j'avoie si grande a pocesser. »

Ensement dit li glous que Dieu puist mal donner.

13904Or escoutez de quoy il se volt aviser:

En son hostel retorne la androit pour trouver

Quaitorze dez glouton qu'il y volt amener.

Lez aultre sis ait fait isnellement mander.

13908« Signour, dist il a yaulz, il vous covient viser

Comment de ceste blafme je porait eschepper.

Je ferait cez quaitorze au fourques encrower,

Et ferait entandant que por moy desrober

13912Estoient ceste neut ceans vollut entrer.

Ceu est li muedre tour c'ons y poroit trouver. »

Et cil ont respondit: « Ceu fait a creanter. »

Gaudiffer fist grant noise pour cez voisin lever

13916Et lour moustre comment on le volt estrangler

Et mourdrir en son lit et sa maison fuster.

Li voisin ont merveille quant il lor ait parrlér;

Gaudiffer fist briefment cez voisin appeller.

13920Ensois qu'il fuit grant jour lez ait fait encroer.

Droit a houre de prime en est au pappe allér,

Et pués le commansait moult hault a salluer,

Et li ait dit: « Saint Perre, bien vous pouez vanter;

13924Poc s'an faillit enneut, ainsi qu'a cocque chanter,

Que je ne fus murdrir, se Dieu me puist salver.

Quinze mourdrour me vinrent en mon hostel fuster,

Mez jambe desbrisier et mez huix deffermer.

13928Lion qu'avoie avuec moy fait osteller,

Je ne sai qu'il devint ne la ou vot aller.

Pres que ne fuit murdris et tout cez baicheler,

Mais Jhesu per sa graice me fist ung lieu trouver

13932Ou oncque ne me sorent querre ne demander.

A mon avoir partir s'allerent a oster;

Ung debet commansait de l'un l'autre fraipper;

Il ossirent l'un l'autre a mez florin conter.

13936Je lez fis huy maitin per Romme trayner

A cowe de chevalz, la lez fi ge nouuer.

Il sont tout pendus, n'an volt ung seulz depourter.

C'estoient mez parrant, Dieu lez puist crevanter!

13940En malle couvoitixe lez fist diable entrer.

– Dieu, dit li appostolle, que vous oie je compter?

Oncque maix n'oyt telz chose recorder.

De moult trez grant perrilz vous ait fait Dieu geter. »

Folio 71vb

13944Quant li Saint Perre oyt Gadiffer le gloton,

Il en prist a signier son vif et son menton

Et dit a Gaudiffer per grant affliccion:

« Aulcun bien avez fait selon m'entancion

13948De quoy Jhesu vous ait randut le guerrandon;

Que bien fait a Jhesu, l'arme en aquiert pardon.

- C'est voir, dit Gaudiffer, loeir en doie Jheson,

Le Roy de sainte gloire que souffrit passion. »

13952Dont s'an parrt Gaudiffer, s'an vait ver sa maison.

Ou pallais l'appostolle atant est venus Lion

Et le roy de Sezille et le boin duc Raymon.

Ja orait l'appostolle dire ung aultre sermon.

13956Lion li donsialz n'i fist arestisson;

Per devant l'appostolle se mist a genoillon.

« Saint Perre, dit li anffe, vangiez moy d'un lairon

Qui oncque en sa vie ne pansait se malz nom.

13960- Qui est il? dit li pappe; comment l'appellet on?

- Sain Perre, dit li anffe, celler ne lou doit on:

Gaudiffer de Savoie per son nom l'appell'on.

Herbergiér y estiens enneut en sa maison;

13964Maix de moy murdrir per malle trayson

Ait eut vollanteit, car en sa mansion

Mandait vingt traytre de son estraccion

Que de moy a mourdrir orent devolcion;

13968Et vinrent en ma chambre mener grant huyson,

Car mourdrir me volloient moy et mez compaingnon.

Mais Jhesu nous aidait et nous fist garison.

Gaudiffer est mourdrier et traytre l'appell'on.

13972Il ait mourdry mon perre qui Harpin ot a nom;

Il ne m'ose mener en ycelle region

Ou il dit qu'il est mort. Mandez moy le glouton,

Et je l'appellerait a loy de champion,

13976Se m'en conbaiterait au fer et au baston.

Se ne li fais gehir sa mortel trayson,

J'otrie c'on me messe en si forte prison

Ou je n'aie jamaix nulle delivreson.»

13980Quant li pappe ait oyr le damoiselz Lion,

Dont commance a signier son vis et son menton;

Maintenant l'ait mandéz san nulle arestisson.

Li pappe ait mandéz Gadiffer le puant,

13984Et ill i est venus, maix c'est le cuer dollant.

Il vint devant le pappe, soi vait agenoillant,

Et li pappe le fist lever tout maintenant,

Et li dit: « Gaudiffer, vecy Lion l'anffan

13988Que de doulx villain murdre vous vait encorpant,

Car il dit et affie que droit au coq chantant

Le volciste mordrir per neut en son dorment.

Et y estoient a voustre hostelz vous sergens

13992Que de ly a mourdrir estoient tous en grant.

Et pués aprés vous dit et bien l'irait prouvant

Folio 72ra

Contre vous, corpz a corpz en ung estour pesant,

Que vous avez mourdrir Herpin le combaitant,

13996Ou vanduit faulsement au pueple Tervagant.

Ensi de cez doulx mourdre vous vait appellant

Et en donrait son gaige a vous pour faire le champz.

- Sire, dit Gaudiffer, moult le voy desirant.

14000- Sire, s'ai dit li pappe, allez en maintenant

Devant mon signatour la baitaille prandant,

Car de baitaille a ffaire ne me vois je merlant.

Maix je prie a Jhesu, le Perre tout poissant,

14004Qu'il voit le droit androit tantost ramenant,

Si c'on puist veyr le certain aparant.

-Amen, s'ai dit Lion, je le voy despriant. »

Devant le signatour sont alléz maintenant;

14008La vont lour parrlement ensamble commansant.

L'un panse d'escondire, l'autre va jurant.

Lion vait dire en hault c'on le vait escoutant:

« Gaudiffer, mourdreour, fel cuver, mescreant!

14012Ce pourrait je prouver en ung estour pesant,

Mon corpz contre le tien; je me vois adoubant,

Car vecy mon gaige que je voy delivrant. »

Et Gaudiffer respont: « Vous allez bien parrlant;

14016Je lou recepverait, allons entrer ou champz. »

Et dit li signatour: « Ains qu'allez combaitant,

Vous covient que m'allez ostaige delivrant

Que de ceste baitaille vous voisent raplegant. »

14020Et Lion respondit: « Vous avez corpz saichant,

Et je prie au boin roy de Sezille la grant,

Au duc de Vauvenisse de Saint Gille tenant,

Et au gentilz Garno, le chevalier vaillant,

14024Que se soient my plege, moult le voy desirant. »

Et dit li signatour: « Bien voisent gardant,

Car c'il advenoit chose qu'e[n] se estour pesant

Fuit li vous corpz vancus, maitéz ne recreant,

14028Cilz qui le champion alloient raplegant

Yroient avuec ly la grief mort recepvant. »

Dit li roy de Sezille: « Je n'i aconte ung gant,

Car je vuelz bien morir avuec mon anffan

14032S'ansi est que Jhesu vait le fait consantant

Qu'il soit mait ne vancut don traytre puant. »

Dont vait li signatour vistement commandant

Que il soient menés en la prison briefment.

14036En une saulle haulte sus le merchiez devant,

Folio 72rb

La furent mis li signour dont je vous voy parrlant,

Et Gaudiffer raiplegerent tout su apparrtenant.

A l'ondemain maitin vont le champz acordant

14040A faire la baitaille; ou merquiet font le champz

Aprester li Roment et le vont despennant

Et de licez antour le vont avironnant.

Lion li damoisialz vait celle neut soupant

14044Avuec le roy Hanry et Raymon le poissant.

Et l'ondemain maitin droit a solleille levant

Ariverent li baron et le vont adoubant.

Premier li ont vestir ung acqueton poissant,

14048Et pués per desoure ung haubert jozerant;

Plaite d'aicier li laicent qui vallent maint bezant

Et ung vert hialme aussi qui alloit relusant.

Chausse de feir chaussait, pués vait laissant

14052Ung esperon dorér qui bien furent taillant,

Et s'ait sainte l'espee a son senestre flanc,

Et pués misericorde ne vait mie obliant.

Et montait en ung destrier inel et remuant,

14056Et pandit a son colz ung fort blason tenant.

Pués li vont ens u chiez ung hialme fermant;

Une lance de fresne et ung feir bien tranchans

Li apportait Garno que bien le vait servant.

14060Et quant il fuit arméz, ne s'i vait arestant;

Au roy et au baron vait congier demandant,

Et dit: « Priés pour moy, frans chevalier vaillant;

Assi tres voirement me voit Jhesu aidant

14064Que j'ai droite a la cause contre le soldoiant,

Car il me volt mourdrir deden mon lit dorment. »

Et le roy de Sezille le vait de Dieu saingnant

Et Lion vint per la ville, ou merchief vait entrant.

14068Li champz fuit ordonnér, se vait deden entrant;

Bien le virent su plege, car il furent logant

Desoure le merchiez, pour voir le vous creant,

En une belle saulle et de moult belz samblant.

14072Or fuit Lion ou champz qui atant le glouton

Qui se faisoit armer d'un moult riche acqueston

Et vestir per desoure ung moult riche habourgon,

Lez maille sont plus blanche que layne ne quoton.

14076Une plaite laissait, muedre ne trouvait on;

Une chausse de feir de moult noble fesson;

Deden son piez estoient li doréz esperron;

Et montait vistement desus ung aragon

14080Que valloit mil mars pour le corpz d'un baron.

Le hialme laissait qui fuit fait a Mascon,

Et saint le brant et posait le riche blason

Per devant son pis, et pués demandait a hault ton

14084Une lance aceree, plux belle ne vit on.

Et quant il fuit arméz a sa devision,

Enver le champz chevalche san nulle arestisson;

Sitost que y entrait il ait veut Lion.

14088Li saint sont apportéz per desoure le sablon.

Folio 72va

La fuit li signatour que ung tabellion

Avoit avuec ly pour oyr la raison

Et le serement d'iaulz, si que faire doit on.

14092Ung gentilz chaippelain per grant devolcion

Apourtoit lez relicque du vray corpz saint Symon,

Et la joie saint Piere c'on dit en pré Noiron;

Doulx dens de saint Jehan y avoit, ceu dit on,

14096Et ung dez dingne claus, bien le sceit on,

Dont Jhesu fuit clauéz pour nostre salvacion.

En une chasse d'or cez relicque tint on

Dessus ung orillier de moult belle faisson.

14100La lez tenoit li preste qui appelloit Lion.

« Sire, jurer vous fault, car ill i ait raison,

Car tout premier parlaiste pour avoir champion.

Gaudiffer appellaiste premier de trayson

14104Et de murdre ensement, s'an avez le baston

Enchergiéz contre lui et se l'appelliez, Lion.

- Sire, dit li donsialz, entandez ma raison:

Je ferait serement, oncque ne fis si bon,

14108Car je vous jure sur Dieu qui souffrit passion

Gaudiffer de Savoie que si androit voit on

Me volt faire mourdrir per deden sa maison,

Et avoit amenér, que deffit, bien le sceit on,

14112Ne sai queille maignie que grant devolcion

Avoient de mourdrir moy et mon compaingnon.

Maix Dieu ne lou volt mie, qui souffrit passion;

Et li malz surdefait, jehir le ferait on

14116Qu'il ait mourdry mon perre qui Herpin ait a nom,

Ou cez corpz l'ait vandut a la geste Mahon

Et ne m'osait monner ou lieu ne ou roion

Ou il dit que mon perre morut celle saison.

14120Je li ferait jehir se Dieu plait en son nom

Per toute cez relicque que si androit voit on.

Dit vous ait veriteit san nulle malle ocqueson. »

Dont se levait li anffe san nulle arestisson

14124Et a baisiér lez sains per grant afflixion,

Et pués c'est montéz sur le destrier aragon.

Or ait juréz Lion et fait son serement;

Et Gaudiffer jurait, que le corpz Dieu crevant,

14128Et dit per tout lez sains qui sont en present:

« Se si m'ayst li Sire a qui le monde appant,

Cis vaissalz qui ait jurér devant moy en present,

Je vous jure sur Dieu que de tout il se ment.

14132Ne oncque enver ly n'ouvrait villainnement,

Ne enver le sien perre que tant ot d'essiant. »

Dont vait baisier lez sains, maix a l'aprochement

Qu'i cudait au relicque atouchier son dent

14136Est reculléz arier et cheut teillement

Que quinze tour tornait, chancellant tellement.

Grant honte ot Gaudiffer quant vit le couvenant,

Et Lion li escrie a sa voix clerement:

Folio 72vb

14140« Or avant, faulz parjurs, li corpz Dieu vous crevant!

Bien pert que vous avez mentir villainnement,

Si en serez pandut et encroéz au vant! »

Gaudiffer se teut tout quoy, car honte l'antreprant,

14144Et li roy de Sezille quant vit le couvenant

En appellait Raymon ou Vauvenisse appant:

« Avez veut, dit il, le traytour pullent

Comment il ait mentit sa foid faulsement?

14148Miraicle y ait fait Dieu pour Lion au corpz gens.

Vecy ung bel example a ceu commancement.

- Voire, se dit Raymon, per Dieu omnipotant!

Il n'i arait duree ainsi ne aultrement.

14152Elais, s'ai dit li rois, je me doubte forment,

Car merveille est grant, s'ait trop de hardement.

Il n'i ait plux fier homme jusques Occidant.

- Ne m'en chault, dit Raymon, laissiez telz parlement!

14156Lion le maiterait, car le cuer le m'aprant,

Car il est bien de Dieu a qui le monde appant

Et s'ait droit en ceu fait, on le sceit clerement. »

Ensi se devisoient li baron de jouvent

14160Et prioient a Dieu a qui le monde appant

Qu'il otrie a Lion la victoire briefment.

Et l'enfe fuit en ung champz qui desire forment

D'occire le glouton, car ne l'ayme niant.

14164Il se sont eslongiér environ demy arpant;

Lez lance abaisserent ou li feir resplant,

Pués vinrent l'un ver l'autre, moult ayreement.

Es escut se fierent dez lance teillement

14168Qu'elle sont brisie et frainte teillement;

Le chevalz paissent oultre a ceu commancement,

Ne furent pais blessiéz ne navréz nullement.

Chescun ai traite l'espee que au costelz lour pant,

14172Puez se viennent ferir si estorneement;

Amont sur lez hialme se fierent teillement

Que li feu et li flamme contrevalz en descent.

Li cercle en sont faulsér et blessiéz laidement;

14176Le blaison detranchiér avironneement.

Entre yaulz doulx ont fait ung telz cherpentement

C'on peust de bien loing oyr le noisement.

Gaudiffer fiert grant cop et li anffe li rant.

14180Une grande lieue, se l'istoire ne ment,

Furent enmy le champz conbaitant teillement;

Ains que furent vehut, le corpz ont si sanglant.

Si bien furent arméz ambdui certennement

14184Que ne puellent trouver lieu pour blessier nullement.

Lion reclame Dieu et ait dit quoiement:

« Sainte Marie, damme royne de jouvant

Que portaiste en vous le nostre salvement

14188Et eust en vous ung filz virginalement

Qui estoit Dieu et hons, maix pour delivrement

Faire a l'umainne lignie qui estoit a torment

Folio 73ra

Volt morir en la croix et fist suscitement,

14192Si m'otroiez victoire encontre ceu pullent

Que ansi me volt mordrir et ossire briefment. »

Dont vait ver le glouton qui hayt durement;

Cis ne reculle mie, plain fuit de hardement.

14196A l'espee tranchant moult fort se deffant.

Grande fuit la baitaille a Romme la citeit.

Droit enmy le merquiet la furent assambléz

Li champion ambdui que plain sont de fiertez,

14200Et d'ossire l'un l'autre orent grant vollanteit.

Lion li gete ung cop fier et demesurér;

Per dessus l'espaulle ung poc l'ait assenér

Tant que lou blanc haubert li ait tout dessiréz;

14204Maix a ceu cop ne l'ait point en chair adesér.

Lion persoit moult bien que lou feir ait copér;

Bien dit que s'il li puet avoir ung cop donnér

Qu'il ne s'aiderait plux du bras a son aiez.

14208Et Gaudiffer le fiert de si grant vollanteit

Sur l'escut l'estaindit, ung piet en ait copér,

Et Lion le rehaiste droit permy le baudrez,

Le ferit de travers le blanc habert saiffrez,

14212Li copait et tranchait et l'ait en la chair navréz,

Si que li sang en fille; dont li ait escriéir:

« Per ma foid, fait Lion, je vous ait assenéz!

Vous ne pouez celler la voustre faulceter:

14216Vous m'aviez, ce desist[es], per amour ostellér,

Et puez pour moy mordrir heust[es] amenér

Ne sai queille maignie; mal furent arivér,

Car il en sont ossis et du ciecle finér.

14220Et pour vous escuser de ceste cruaulteit

Ont estéz depuis per vous pandus et encroéz.

Qu'avez fait de mon perre? Dite m'en veriteit.

Ou lou vandesiste vous ne en quelle citeit?

14224- Lion, dit Gaudiffer, vous pancez folletez.

Se vous ne m'eussiez de ceu fait encourpéz,

Je vous heusse heu en un droit lieu menéz

La ou fuit ensevelis, tesmoingniér d'un abbey

14228Dont jou en ait bon brief escript et saielléz. »

Et Lion respondit: « Vous diste malvistez.

Aultre chose direz ains c'on voie l'avesprer! »

Dont revient enver ly, si ait le brant levér;

14232Amont sur le hialme l'ait si bien assenér

Que le cercle d'or fin ait avalz crevantér;

Cent piere en abait, et si l'ait estonnér

Que petit s'an faillit qu'a terre ne l'ait verséz.

14236Et Gaudiffer n'ait pais le ferir obliéir:

A Lion est venus cui Dieu croisse bontez

Et le fiert de l'espee de teille vollanteit

Que dessus l'espaulle destre ait le cop assenér;

Folio 73rb

14240Tout descendant avalz ait le haubert rasér,

Sus le colz dou destrier ait le cop avallér.

Une oreille li tranche; tant en ait il pourtér,

Li chevalz fist ung sault quant santit la griefteit,

14244Poc faillit que Lion n'ait a terre getér.

Il se tient a la gringue, s'ait le chevalz fraippér

Et li chevalz li ait ung si grant sault getér

Que plux de trante piet alongait le malfés.

14248Et Gaudiffer s'escrie quant il l'ait regardér:

« Lion, venés avant! Avez le corpz laisséz

De combaitre ver moy? Dite m'en veriteit!

- Nennin, s'ai dit Lion, si t'arait vergondér,

14252Maix tu ais mon destrier forment espouantér! »

« Traytre, s'ai dit Lion, t'ais navréz mon destrier,

Maix tu l'acheterais prochiennement moult chier!

- Per foid, dit Gaudiffer, ne te prise ung denier,

14256Oncque en mon vivant ne trouvait chevalier

Qu'ancontre moy peust durer au tornoier,

Et je croy que briefment te volrait chaistyer. »

Dont entoise le branc pour ly endapmaigier,

14260Maix d'un cop d'esquermie li vait Lion lancier

Que ou poing ou tenoit le branc d'aisier

Le ferit et le point en esquipant arier;

Doulx dois li ait copér per mortel encombrier.

14264Oncque li wantelet ne li orent mestier

Qu'il ne fezist l'espee a terre trabuchier,

Et lez doulx dois aussi qui li ait fait tranchier.

Et Lion li escrie: « Fel cruelz losangier,

14268Jamais de ceste main ne vous porez aidier! »

Quant Gaudiffer le voit, le sang cude changier;

Ou sablon ait getér son escut de quartier,

Pués est venus Lion per lez flans enpugnier.

14272Dessus lez doulx chevalz commancerent a lutier,

Et la lez veyssiez longement tornieir,

Maix Lion fuit taillians, si se sot bien aidier:

A ung tour que solt bien faire le vait si maistryer

14276Que per force guerpit Gaudiffer son destrier.

Li glous se relevait, en li n'ot qu'ayrier;

A cez espee court que fuit ou sablonnier,

Mais a la clauche main li covint mennyer.

14280Ensi qu'an behourdant vint corrant au destrier,

Permy lez flans li boute si avant san saichier

Que d'aultre parrt le corpz en voit on bien l'aicier;

Li chevalz et li maistre est verséz sus l'erbier.

14284Maix Lion qui avoit le corpz aispre et ligier

Resallit vistement, de gesir n'ot mestier.

Ensois que Gaudiffer cui Dieu dont encombrier

Peust ravoir c'espee qui estoit ou destrier,

Folio 73va

14288Li va per le hialme le enffe enpugnier,

Et de son chief li fist per force esraigier.

Pués se court droit au lice, Gaudiffer fut dairier;

Maix Lion li donsialz qui bien se solt aidier

14292Ait getéz hor dez lice le hialme d'aicier,

Jamaix li faulz puant n'y porait renuncier;

Adont le veyssiez trestout vif esraigier.

Sa teste li pert nue, il ne se sot quaichier;

14296Per desoure getait son escut de quartier,

Et Lion y fraippoit a loy de baronnier;

Il bucque sur l'escut pour la teste enpirier.

Or sont li champion a piet enmy le chant.

14300Li ung n'ot point es chief de hialme lusant;

C'est li glous Gaudiffer qui le cuer ot dollant.

De son blason qu'il tint va sa teste couvrant,

Plux d'un piet en tranchait, et l'oreille ensement.

14304Au fellon traytour toute la vait tranchant.

A terre l'abaitit sur le sablon tenant,

Et Lion li escrie: « Gaudiffer, vient avant!

Si me dit veriteit, ne lou me vait cellant:

14308Qu'ait tu fait de Herpin, mon perre souffisant?

- Tai toy, dit Gaudiffer, ne m'y vait ranponnant!

J'ai l'oreille perdue dont j'ai le cuer dollant.

- Non avez, dit Lion, je lou voy si devant.

14312Faitez en aultre foid, sire, pour moy antant

Quant je vous ensigne ceu qu'allez demandant.

- Hé, glous, dit Gaudiffer, come t'as le cuer mescreant!

Et que tu sceit de malz! Ou en ait tu apris tant?

14316Cilz Sire te confonde qui deden Belliant

Vot naistre de la Vierge pour nous faire garant.

- En nom Dieu, dit Lion, je vous en donne autant:

Bien l'avez desservir, per Dieu le tout puissant!

14320S'arez vous paiement de vous mourdre puant

Que mordrir me volciste deden mon lit dormant. »

Et Gaudiffer se vait de son escut couvrant,

Et a la clauche main tint son espoy taillant

14324De quoy a son pouoir il s'alloit deffandant.

Et Lion vint ver ly ensement qui l'atant;

Desous l'escut l'epuise, si lou vait assenant,

Droitement es droit oiel li va le feir boutant;

14328L'ieul li ait fait voller sur le sablon vollant.

Lors se vait Gaudiffer moult forment esmaiant

Quant son oreil et son oiel vit gesir ens u chant.

Dollant fuit Gaudiffer, forment li annoiait

14332Quant s'oreil et son oiel ou sablon avisait.

Il gete jus l'escus et ver Lion s'an va;

Ensi qu'an behourdant son espoy li lansait.

Lion c'est retornéz et Gaudiffer paissait,

14336Et Lion sault aprés que si bien l'aissenait

Que dessus le senestre espaulle ou le habert faussa

Tres le commancement, ensi c'on vous contait,

L'a ferit li belz que le lieu y trouvait;

14340La char ait consuyr, li acqueton tranchait,

Folio 73vb

Le bras atout l'escut a terre li versait.

Or sceit bien li glous que point de garant n'ait

Et que li belz Lion dou tout conquestér l'ait.

14344Adont ot si grant duelz pour poc n'anraigait.

Et li roy de Sezille a Raymon moustréz l'ait,

Et li ait dit: « Franc duc, nous besoingne bien va;

Ne veés Gaudiffer que point d'oreille n'a?

14348S'ait s'espaulle copee, que d'un oiel ne verait.

Tantost est mis a ffin, Lion conquestér l'ait.

Beneoit soit l'oure que ma fille apousait,

Car oncque plux herdis ne but ne ne mengait!

14352- Per Dieu, se dit Raymon, bon chevalier y ait.

Il n'i ait son parreille desa mer ne dela.

Florantine vous fille moult trez bien assenait

Que ung telz baronnier comme signour esposait;

14356Moult est Lion herdis, vaillant homme en li ait. »

Ensi se devisoient li baron qui sont la,

Et Lion li donsialz ver Gaudiffer s'an vait

Que moult fuit mahingniéz; adont li escriait:

14360« Gaudiffer, dit Lion, savez comment il va?

Ne pouez eschepper, morir vous couvanrait!

Tantost vous ossirait quant li mien corpz volrait.

Mais aiez cuer en vous, on vous confesserait;

14364Si morais liement, deservir l'ait piessait;

Recognoit ton meffait et Dieu t'amerait.

Il te couvient morir, nulz recovrier n'i ait! »

Quant Gaudiffer l'oyt, ung si grant cris getait

14368Que chescun qui l'oyt forment c'espouantait.

Il eschingne lez dent et dou poing se fraippait,

De ceu qui lli avint a poc ne se tuait.

Dollant fuit Gaudiffer, chiere fait deffaiee

14372Et regarde Lion qui adez tint l'espee.

Il eschingne lez dens, s'ait la teste crollee.

Et Lion li ait dit: « Ceu ne vous vault rien nee;

Vous deffance ne vault une pomme pellee!

14376Maix dite veriteit, s'arez l'arme saulvee

Et si serés confessé san nulle demoree. »

Et Gaudiffer respont a moult haulte allenee:

« Au diable d'infer soit m'arme commandee!

14380Ne vuelz qu'an parraidis soit mise ne ostellee,

Ains serait en infer delés la cheminee.

- Per foid, s'ai dit Lion, ta creance est faulsee!

Et puez qu'anver Jhesu n'est ta ciance retornee,

14384Jamaix joie n'arait, si est ta vie finee! »

Gaudiffer enbrachait per teille destinee

L'autre yeulz li ait crevér illuec de l'acieree.

Adont c'est escriéz san point de l'arestee:

14388« Lion, dit Gaudiffer, or antant ma pancee:

Pour Dieu ne m'ossis point, qui fist terre et gelee!

Veriteit te serait dite et per moy recordee

Veant le signatour et ciaulz de la contree.

14392- Bien dite, dit Lion, per la vertut nommee. »

Folio 74ra

Lor le laissait adont, pués li fait escriee,

Et ait dit au Romain: « Venez, s'i vous agree,

Oyr cy pescheour conter sa destinee. »

14396Li signatour y vint san faire demoree;

Moult amoit Gaudiffer qui chiere ot deffaiee;

Nonporquant li ait dit a moult grande allenee:

« Ne poués eschepper, pour nesune rien nee;

14400Or dite veriteit san mensonge trouvee

-Pour quoy voustre arme en rien n'en puist estre encorpee.

Per foid, dit Gaudiffer, n'i ait mestier cellee.

Le riche duc Herpin qui ot Romme tansee,

14404Pour ceu que l'appostolle li ot s'amour donnee

Et que pauour avoit que sa grande renommee

Ne trepessait la moie, me vint une pancee

Qu'a Brandis l'amenait, qui siet sus mer sallee.

14408La androit le vandit a la gens deffaiee.

En Cipre le men[a]it per haulte mer betee;

Ne sai c'il est mors ne ou la chose est allee,

Maix ainsi le vandit per malle destinee. »

14412« Signour, dit Gaudiffer, je vandit le princier

A la gens sairaisine per mortel encombrier,

Car pour ceu que lou pappe l'avoit durement chier

Et qu'ains ou point de moy il lou volt sus haulcier,

14416En delivrait la ville et le noble yretier.

Et Lion qu'est icy, que je volt herbergier

Pour ceu que ne savoie le sien perre ensignier,

M'avisait que per neut quant je l'oz fait couchier

14420Le feroie mourdrir san point de l'estargier.

J'asamblis mez parrans et lez fis habergier

Et entrer en la chambre Lion le droiturier.

Mais per deden la chambre ot ung blanc chevalier,

14424Je ne sai dont il vint ne qui ll'i fist mussier,

Mais per ceu blanc vaissalz ait tout cel encombrier.

Mors fuit li bel Lion, maix cil le volt aidier.

Ensi m'est advenus, plux ne lou volt noier. »

14428Se dit li signatour: « S'en arés malz loier! »

La furent amenér quaitre courant destrier.

Ataller y ont fait le cuver paultonnier;

Per deden Romme ie font trayner ung trottier

14432Et per deden la ville ver ung boix plennier

Font pandre le glouton a ung arbre ramier.

Sifaitement doit on malvaise gens paier,

Et c'est droit qu'i meschiece qu'i ait grant destorbier;

14436Murdrier et traytour ne doit on esparrgnier.

Le signatour de Romme ne s'i volt estargier:

Le roy fist delivrer et Raymon le princier

Et Garno et lez aultre qui furent a dongier.

14440Adont vinrent Lion acoller et baisier,

Et li roy demande: « Biaulz filz, ne me noyer:

Per Dieu, comment vous est, qui tout ait a jugier?

- Sire, s'ai dit Lion, j'ai corpz sains et entier.

Folio 74rb

14444Allons a l'appostolle parrler et deraingnier

Et prandre le congier; je me vuelz desraingnier,

J'ai volloir de veyr ma cortoise moullier,

Et pués quant point serait me volrait alongier

14448Et volrait tant aller, errer et chevalchier

Et per terre et per mer je vorait tant cerchier

Que jou arait trouvér mon perre droiturier

Et ma mere assiment; plux ne doie atargier.

14452- Sire, se dit Garno, moult le doie desirier,

Car jamaix je ne puez en Bourge repairier

Se trez bonne nouvelle n'an sai a ensignier.

Taisiez vous! dit Lion qui lou coraige ait fier;

14456Encor yrait le cor sonner et grailloier.

La sarait se sus roy du noble yretier.

- En nom Dieu, dit Garno, seu fait a ottroier. »

Dont vont a l'appostolle li baron chevalier.

14460Per devant l'appostolle en est Lion allés.

Quant il vint devant lui, a genous c'est getés.

« Lion, dit l'appostolle, pour Dieu, ne me cellez,

Coment vait de no champz? Est Gaudiffer maitéz?

14464- Sire Saint Perre, dit Lion, il est mors et tués.

Son meffait ait cognut dont il yert encorpés.

- Et, Dieu, dit l'appostolle, comment il yert deffaiez.

Biaulz filz, je t'ancouvant que li fait t'ait pardonnér. »

14468Et Lion respondit: « Dieu en so[i]t aourés. »

L'absollucion li fist li pappe honnoréz.

« Sire, s'ai dit Lion, enver moy entandez:

De vous me partirait, congier vous est rouvéz.

14472A cely vous commant qui en croix fuit penés.

En Sezille m'en vois et trestout li barnez,

Et le roy de Sezille que tant est naturéz.

Se vous avez mestier de nous, si nous mandez;

14476A voustre commandement tantost nous averez. »

Et li pappe respont: « Moult saigement parrlez.

Je vous commant a Dieu qui en croix fuit penés. »

Adont s'an est Lion partis et dessevréz,

14480Et li roy de Sezille et li aultre barnez

De Romme sont issus dont bonne est la citeit.

Tout permy Rommenie se sont acheminér;

Il paissent bour et ville et bonne fermeteit

14484Et riche plaice et chaistialz bien fermér.

Li roy Hanry chevalche et Lion per delez,

Et li bon duc Raymon qui tant fuit naturéz,

Et Garno li vaissalz que d'Orifflan fuit nez,

14488Et li chevalier dont la y ot assez.

Tous chevalchent ensamble li grant chemin ferréz,

Disant lour avanture, comptant lour vollanteit,

Qu'i virent Monlusant qu'est bonne fermeteit.

14492Lion tramet ung brief qui fuit bien seelléz

A sa noble moullier ou grande est li biaulteit

Pour conter sa venue, et cil s'en est allér

Folio 74va

De si jusques au pallais, ne s'i est arestéz.

14496Per dever Florantine en est tantost alléz.

« Damme, s'ai dit li messaige, enver moy entandez:

Vous droit sire Lion qui est vous esposez

Serait cy maintenant; lie chiere menez!

14500Car vecy son brief que bien lire porés. »

Dont l'ait prins Florantine, s'ait lez signet faulcéz.

Lez lettrez pourlisit dont li sien corpz fuit senez.

Jhesu Crist en lowait qui en croix fuit penés.

14504Bien y vit comme Lion le damoisialz lowéz

Fuit contre Gaudiffer fervestis et arméz,

Comment le desconfit et comment fuit tués.

«Hé, Dieu, dit la royne, mez corpz est enmarés

14508Au plux vaillant princier qui de mere soit nez.

Loéz en soit li Sire qui en croix fuit lapidés! »

Adont se parait de riche drap dorés

Et fuit tout li pallais adont encortinés.

14512Li porcession fuit d'avesque et d'abbez,

De moyne et de prestre et de chanoinne rullez.

Encontre le roy vont ensi que vous orés;

Et li roy de Sezille est en la ville entréz

14516Et Lion li donsialz qui tant fuit naturéz.

Au pallais descendirent, s'i montent lez degrez.

Florantine la belle et pucelle assez

Vont encontre Lion, la fuit bien escolléz.

14520Mairie li ait dit: « Bien soiez vous trouvér!

Vous estiez de ma damme durement desiréir.

- Per Dieu, dit Florantine, ceu est bien veriteit! »

Moult fuit grande la joie per deden Monlusant.

14524Maix temprement yrait a dollour retornant

Ensi que vous orez se longuement vous chant.

Li mengier fuit prest, pour voir le voy contant.

Li roy s'aisit premier que lou poil ot ferrant

14528Et dallez lui assist Lion le sien anffan,

Et a l'autre costez Raymon le conbaitant.

Li chevalier s'aisient et dairier et devant,

Et Florantine aussi que Lion amoit tant

14532S'aisit per devant ly et vait o ly mengant.

La furent bien servir du tout a lour comment:

De grue et de gaistez et de maint vin puissant;

Jugleour, menestrez y vont joie menant.

14536Aprés soupper s'an vont az hostel repairant

Et Lion o Florantine s'an va la neut couchant.

La neut vont lez anffan lour desduit demenant

Desi au londemain jusqu'a prime sonnant

14540Que li chevaillerie vait a court repairant,

Et li plussour se vont au mostier aourant.

Li riche duc Raymon ne s'i vait arestant,

A Lion et au roy vait congier demandant,

Folio 74vb

14544Et lour ait dit: « Signour, de vous m'irait partant

Et deden Vauvenisse je m'irait repairant

A ma moullier Parisse que moult vois desirant

Et mon frere Bevon le damoisel saichant

14548Qui o moy est venus ou tornoy tornoiant

Pour conquester la belle qui de biaulteit ait tant.

A Jhesu vous comment per ung telz couvenant

Se vous aviez besoing de moy en vous vivant,

14552Secourrir vous vanrait a l'espee tranchant. »

Et quant Lion l'entant, si l'an vait merciant,

Et ossi fait li roy qui a prisier fist tant.

Le congier li donnerent, si lou vont convoiant.

14556Et li duc se desparte et su chevalier frans;

Per dever Vauvenisse vait li duc repairant.

Pués ne demourait gaire qu'il ot a ffaire tant

Que seize ans fuit en guerre, pour voir le vous creant,

14560Encontre Clarenbaut, ung chevalier poissant,

Et encontre son filz Hugon le souffisant,

Ensi qu'avez oyr en ung aultre romant.

Signour, or antandez pour Dieu le droiturier.

14564Li duc Raymon s'an vait et tout sy soldoier,

Et Lion demourait avuec sa moullier

Et le boin roy Hanry que moult fist a prisier.

Lion fuit a ceu jour illuec ung moix anthier;

14568Lors li print vollanteit et au cuer desirier

D'aller querre son perre et dit que tant trachier

Volrait per mainte terre et per maint hyretier

Tant qu'il orait nouvelle de Harpin le guerrier

14572Et de sa doulce mere la duchesse au vif fier.

Garno en appellait, le gentilz chevalier:

« Garno, s'ai dit Lion, entandez mon plaidier:

Faite voustre hernex et trousser et chergier,

14576Demain au point du jour vuelz Monlusant laissier.

S'irons querre mon perre, plux ne vuelz estargier.

Sire, se dit Garno, ceu fait a ottroier. »

Lion en vint au roy ens ou pallais plennier,

14580Et pués le commansait tantost a araingnier.

Lion en prist le roy briefment a appeller.

« Sire, fait il a ly, plux ne lou vuelt celler:

Je me vorait demain partir et dessevrer,

14584S'irait quere mon perre et ma mere au vis cler.

Ne jamaix en ma vie ne volrait arester

Decy a ycelle houre que lez porait trouver. »

Et quant li roy l'oyt, collour print a muer.

14588« Biaulz filz, s'ai dit li roy, laissiez tout coy ester,

Car se ma fille oyoit de telle chose parrler,

Vous lou verriez dou sans issir et forcener.

- Sire, s'ai dit Lion, je ne puez demourer,

14592Car je lou vault l'autrier certennement voer.

Oncque ne vy mon perre, si m'en doit trop peser.

Folio 75ra

Maix per celui Signour qui tout ait a salver,

Je volrait tant aller et per terre et per mer

14956Que je lou trouverait et ma mere au vif cler. »

Atant est Florantine qui tant fist a louer,

Qui de Lion ait bien entanduit le parrler.

Adont li escriait, si c'on l'oyt bien cler:

14600« Qu'esse? s'ai dit. Lion, me lairez vous ester

Quant somme en paix et que dobvons mener

Revel et bonne vie et l'un et l'autre amer?

Si covanrait per vous en tristesse mener;

14604Je vous prie mercy que vueilliez demourer.

Trop seroit fort affaire de tel euvre a prouver

Que ciaulz qui sont mors en vie retorner.

- Damme, s'ai dit Lion, per le corpz saint Omer,

14608Tost sarait le certain, il n'en fault point doubter,

Car en telz lieu yrait ains c'un moix puist passer

Dont j'orait nouvelle dire et recorder.

Et se je ne pués, amie, en ceu lieu ariver,

14612Et jeu oie chose qui ne puist prouffiter,

Tantost san plux atandre me vorait retorner.

Maix pour Dieu je vous prie, ne vous vuelliez yrer,

Car il me covient, damme, le mien veu acquiter.

14616- Per Dieu, dit Florantine, j'ayme autant a deffiner

Que ceu qu'il vous coviengne maintenant dessevrer.

Ensainte sus de vous et pres de l'anffanter;

S'an teilt point me laissiez, moult vous en doit pener;

14620Si m'en poroit telz duelz et tel malz sormonter,

Dont il me couvanrait a dollour deffiner.

- Damme, s'ai dit Lion, de ceu vuelliez cesser,

Car il fault que je voise san point d'estargier

14624Querre Herpin mon perre et ma mere au vis cler.

Et c'il avenoit chose que ne la puisse trouver,

A Bourge m'en yroie le riche cor sonner,

Et se je lou pouoie per miraicle corner,

14628Je me poroie bien hoir de Bourge clamer

Contre le roy, car bon me faurait estriver,

Car il ait fait mon perre a tort desherriter.

Maix se je l'an pouoie ne neure ne grever,

14632Encor li feroie ceu fait chier acheter!

Or vous deprie, ma damme, que ne veulliez pancer

A ceu qu'an ceu voiaige [ne] me covient aller,

Car je ne lou laroie qui me voroit donner

14636Tout l'avoir de ceu monde, ne qu'est desa la mer;

Maix s'i plait a Jhesu, je m'en volrait aller

De bien haistivement per desa retorner. »

Dont print la franche damme tanrement a plorer,

14640Cez pungs prist a detordre, cez cheveux a tirer.

Mais c'elle sceust bien san point de l'arester

Ceu qui lli avanrait ains qu'il en puist paisser,

Folio 75rb

Ne laissait son mary hors de la terre aller;

14644Muelz amait a morir que de ly dessevrer.

Neporquant sa dollour ne poroit nulz conter.

Grant duelz ot Florantine pour l'amour de Lion

Qui se vuelt despartir de son noble roion.

14648Elle ploure et larmie, sa main a son menton,

Et dit: « Laisse, meschans, or pert ton compaingnon! »

Lion la reconforte qui cuer ot de baron,

Et li dit: « Doulce amie, or n'aiez marrison.

14652Temprement revanrait et en courte saison,

S'i plait a Jhesu Crist et a son digne nom. »

La jornee trepesse en ceste marison.

Lion en appellait san nulle arestison

14656Bauduyn de Monclin qu'il amait de cuer bon:

« Perre, dit li donsialz qui tant ot de renom,

Vous estez mes amis, bien amer vous dobvons.

Il n'ait homme en ceu monde entour ne environ

14660Que je doie muelx amer per droit et per raison.

Florantine ma damme a la clere faisson

Vous larait a warder en ceste mension,

Et tout le pays met en voustre abandon,

14664Mon tresor et ma terre en voustre subgeccion.

Se nulz vous meffaisoit vaillissant ung bouton

Et on le me contaist a ma repairison,

Je lou feroie pandre en guise de laron. »

14668Il dit a Florantine la royne de nom:

« Damme, veés Bauduyn qui cuer ait de proudon.

Je vous met en sa guarde per telz devision

Que Jhesu mist sa mere quant per devolcion

14672Le baillait a saint Jehan, ung grant saint de renom.

A amis le tenés san malvaise ocqueson;

Faite aultant pour ly, san folle oppinion,

Que vous feriez pour my, prier vous en doit on. »

14676En plorant respondit la damme a bais son:

« Sire, je lou ferait, pués qu'il vous vient a bon. »

Atant est Thiery l'oste, ung boin champion;

Il ait dit au donsel c'ons appelle Lion:

14680« Sire, avuec vous yrait, pour Dieu vous en prion.

- Non ferés, dit Lion, ains vous commanderait on

A garder Monlusant, le nobille donjon.

Chaistelain vous en fais et vous ottroie le dont

14684De la chaistellerie entour et environ,

Et si lou deffandez s'il en avoit besoing.

- Sire, s'ai dit Thiery, a vous commandison. »

Lion vait acoller d'umble condicion

14688Bauduyn le vaillant, de Monclin l'appell'on,

Et li dit: « Chier sire, quant avuec le lion

Trouvaiste le mien corpz ez boix si c'on moillon

Estoie envollepéz, n'an faite cellison,

14692En riche mantellet que de soie fist on?

Folio 75va

- Oyl, dit Bauduyn, per mon florin grenom,

Es mantel vous trouvait, si ait m'arme pardont! »

Dont soupirait li anffe sa main a son menton.

14696Le mantelz fuit trosséz sus ung destrier gascon

Deden une mallette ou guyalz ot foison.

La neut jeut o sa damme li damoisialz Lion,

Que toute la neutie fuit en grant marrison;

14700Elle gemit et ploure, ne mayne se duelz non

De si jusqu'au maitin. Et quant le jour vit on

Li donsialz se levait, que Dieu faice pardont.

Sa messe fist chanter en grant affliccion.

14704La fuit li rois Henry dont j'ai fait mencion,

Thiery et Bauduyn et Garno le bairon,

Et aultre chevalier y ot a grant foison;

Et s'i fuit Florantine a la clere faisson.

14708Riche fuit li offrande qu'a ce jour y offr'on.

Aprés la messe dite se despartit Lion,

Es destrier monte droitement au pairon,

Et Garno li donsialz et aultre gens foison.

14712Il estoient quaitorze chevalier que garson;

Tout permy Monlusant chevalcherent a bandon;

Li homme de la ville crioient a hault ton:

« Ay, sire Lion, vecy grant mesprison!

14716Pour quoy nous laissiez vous ne ceste region?

Si m'ayude Dieu de glore, vous faite mesprison! »

Contrevalz Monlusant, la ville bien fermee,

Fuit grande la dollour de la gens demenee.

14720Bourgois et bourgoise crioient a la vollee:

« Ay, sire Lion, comme malle destinee!

Pour quoy nous laissiez vous ne la voustre espozee?

Oncque muedre de vous ne saindit brant n'espee. »

14724Ensi est per Monlusant la noise montee,

Et Lion chevalchait a la braisse quaree.

Desous son chaipperon ait teille vie menee

Que de cez larme fuit sa poitrine arosee.

14728Florantine baisait quant il fist dessevree.

La damme au despartir est cheue pasmee;

Li roy remaint o ly, qui l'ait reconfortee,

Mais ansois fuit alléz Lion demy lieuee

14732Que la franche dame fuit de rien rasensee.

Et Lion chevalchait entrevalz la pree;

Lez lui fuit Bauduyn a la barbe merlee,

Et Thiery li vaissalz a la braisse quaree.

14736Lion lour dit: « Signour, que faiciez retornee,

Si gardez ma moullier et ma noble contree. »

Et cis au despartir laide vie ont menee;

Chescun ploure, au despartir n'i ot jeu ne risee.

14740Lion lieve sa main, de la Vierge honnoree

Va signant lez baron et la ville fermee

Qui estoit Monlusant per droit nom appellee.

Folio 75vb

Mais quant il revanrait malz serait atornee,

14744Car maison n'i arait qui ne soit enbrasee,

Ne haulte tour ne porte qui ne soit crevantee.

Pués li serait la ville de son nom remuee

Et Montoscour serait per droit nom appellee.

14748Et encor, ceu dit on, est Montoscour clamee,

Et est ung por de mer en Sezille la lee.

Tout droit a Monlusant la haulte tour quaree

La vient a ung dez lez la haulte mer betee.

14752Or larait de Lion, s'i vous plait et agree,

Et quant point en serait, per la Vierge honnoree,

De ly vous chanterait et ferait retornee.

Maix ung poc vous dirait en la chanson rimee

14756Comme sa noble mollier serait desconfortee,

Et comme li roy Hanry a la barbe merlee

Serait mort et ossis per malle destinee

Per le fel duc Garnier, de Callabre la lee,

14760Qui oncque ne fist bien n'an fait ne en pancee.

Signour, je vous larait ung petit de Lion

Que querre va son perre o Garno le baron;

Ainsoy qu'il lou trouvaist ot dez mal grant foison.

14764Ung poc de sa moullier vous ferait mension

Qui ensainte remainte de doulx filz de renom.

Li ung ot nom Guillaume, de Pallerne ot le dont,

Et Ollivier de Burs appell'on le second.

14768La damme fuit ensainte, s'aprochait la saison

Qu'elle volt delivrer au plaisir de Jheson.

Quant elle delivrait elle ot malz a foison.

O lie estoit Marie qu'ains ne fist se bien nom

14772Que la damme conforte de bon cuer san trayson.

Et li malz la maistrie, elle crie a hault ton:

« Tres doulce mere Dieu, faite moy guerrison! »

La li fist tel graice Jhesu, bien le sceit on,

14776Que doulx filz delivrait qui furent valleton.

Au riche roy Hanry briefment le contait on;

Il en fuit moult joiant en sa condicion.

Tost et ysnellement baptisier lez fist on.

14780Trestout li premier cret Harpin l'apell'on;

Lion le commandait a sa despartison.

L'autre ot nom Guillamme contre ung noble baron.

Pués furent tous doulx roy, li anffe de renom,

14784Ensi que vous orés en la bonne chanson.

Or furent baptisiér tous doulx li anffan;

Harpin et Guillame lez vait on appellant.

Au lit de la royne lez vait on raipportant;

14788La damme fuit mallaide, on vait de ly pansant,

Lez anffan fist norir en sa chambre lusant;

Maix une malle espie se vait de la partant

Qui trepessait Sezille le roialme plaisant.

Folio 76ra

14792En Callabre est entrés et tant vait esploitant

Qu'il est entréz en Rege, la citeit souffisant.

La vait trouver le duc c'on vait Garnier clamant;

De Dieu le salluait, le Perre Roy amant.

14796« Sire, dit li espie, allez moy escoutant:

Je vien droit de Sezille et droit de Monlusant;

Nouvelle vous apporte de Lion le puant:

Il ait laissiéz sa femme qui de biaulteit ait tant

14800Et s'an vait oultremer per dever Oriant;

Querre vait son perre. Oncque en son vivant

Ne vy[t] perre ne mere; or esploiterait tant

Que trouvér lez arait, de ceu se vait vantant.

14804Jamaix en cest pays il n'irait repairant. »

Et quant li duc oyt ceu que si li vait contant,

Oncque maix en sa vie n'ot le cuer plus joiant.

Il ait dit a l'espie: « Ne me vait rien cellant,

14808Se tu as point vehut la royne plaisant,

Florantine la belle qui de biaulteit ait tant?

– Oyr, dit li espie, la damme gist d'anffan.

L'autrier delivrait d'un filz noble et puissant.

14812Se dient li aulcun, maix je n'an sai niant,

Que la damme en ot doulx a ung delivrement. »

Quant li duc l'antandit, lors se vait avisant,

Et dit a lui meysme: « Faire me covient tant

14816Que delivréz me soient tous doulx si anffan.

Si lez ferait geter en une yauwe courant,

Si que jamaix nulz jour il ne seront tenant

La terre de Sezille; pués esploiterait tant

14820Que j'airait Florantine que desirer volt tant.

Se ne lou fais ansi, moult me voix poc prisant,

Car amer ne poroie Lion le soldoiant

Ne je ne li tanrait ne foy ne couvenant. »

14824Genoivre sa cousine fist mander maintenant;

Elle vint ou pallais et li duc errant

Li dit: « Doulce colsine, or oiez mon samblant. »

« Colsine, dit li duc, or a moy antandez!

14828Vuelliez moy concillier, damme, se vous vollez.

On m'ait dit que Lion, le traytre prouvéz,

Ait laissiéz Florantine. Oultremer est alléz;

La vait querre le perre dont il fuit engenréz

14832Et la mere ausiment de quoy il fuit portéz.

Florantine est ajute de doulx filz naturér;

Il vous covient pancer, amie; or y visés

Comment ons averoit cez doulx anffan amblér,

14836Car se je lez tenoie je vous jure en veriteit

A chescun dez doulz seroit li haiterelz copér.

Et pués assambleroie deden mez citeit

Chevalier, soldoier richement adoubéz;

14840En Sezille en yroie le grant chemin ferréz,

Folio 76rb

Ne jamaix per desa n'yere retornéz

S'aroie Florantine, teille est ma vollanteit.

Ne la puis oblieir dont je sus malzmenér.

14844Maix ancor l'arait et en ferait mez grés,

Ou j'en serait ossis, mort et desherritélz!

- Sire, s'ai dit Genoivre, moult saigement parrlez.

Maix s'i plait a Jhesu qui en croix fuit penés,

14848Telz chose aviserait ains qu'i soit avesprés

De quoy a vous volloir lez doulx anffan averés,

Et aprés au sorplux de la damme pancez.

- Genoive, dit li duc, moult saigement parrlez.

14852Or faite ceste chose et si vous en haistez! »

Lors se partit Genoivre ensi qu'oyt avés.

Signour, or escoutez pour Dieu qui tout creait,

Si orés dont Genoivre la damme s'avisait:

14856Elle prist une femme en qui moult se fiait.

A loy de pellerin la vestit et chaussait,

Tout ainsi c'un esclave moult bien l'aparrillait.

Et quant fuit aornéz, moult bien li commandait

14860Qu'elle voit en Sezille, et quant elle y vanrait

Tout droit a Monlusant elle s'ostellerait;

Per dever Florantine ysnellement yrait

Et comme pellerine devant lie s'aparrerait,

14864Et pués isnellement attandre li ferait

Elle ait vehu Lion oultremer per dela

Et car il lou sallue et que tost revanrait.

« La royne gentilz teille joie en arait

14868Que ceu que li direz a certain le croirait. »

Adont la pellerine en couvant li ot la

Qu'a Monlusant la ville haistivement yrait

Et que lez doulx anffan o lye rapporterait.

14872Et Genoivre li dit que bien la paierait,

Et que s'ancy le fait tant d'avoir li donrait

Que jamaix en sa vie denier ne li faurait.

Au desparrtir la damme vingt florin li baillait,

14876Et l'esclave erramment s'an partit et sevrait.

Elle issit hor de Rege et si s'acheminait;

La terre de Callabre vistement trepessait

Et per mons et per valz ver Sezille s'an vait.

14880En Sezille est entree, la voie demandait

Pour aller a Monlusant, et on ly ensignait.

Tant fist la pellerine et tant c'esploitait

Que droit a Monlusant per la porte entrait;

14884Tost et ysnellement ver le pallais allait.

Elle montait amont et pués si demandait

La royne gentilz, et on li recordait,

Et li dit on qu'an sa chambre estoit ou geut ait

14888De doulx biaulz anffan dont elle acouchait.

Folio 76va

« Sire, dit li esclave, per la mer covanrait...

Car je croy que nouvelle li mien corpz li dirait

Dont elle arait grant joie quant elle lou sarait. »

14892Adont ung escuier vistement l'anmenait

A Marie la belle, et pués li escriait:

« Damme, la pellerine mener vous couvanrait

Per devant Florantine, si lou recorderait

14896Nouvelle, se croy, dont la damme s'ajoyrait. »

Et Marie respont que briefment li men[r]ait.

Per la main print l'esclave qui nulz bien n'i pansa,

Cis Sire le confonde que sa mort par donnait,

14900Car ansois que l'esclave de ly se parte ja,

Li ferait teille chose dont li annoierait,

Ensi que vous orés que bien m'escouterait.

Marie print l'esclave san point de l'arestee.

14904En la chambre sa dame l'ait condute et menee,

Pués dit a la royne, que bien fuit avisee:

« Damme, s'a dit Marie que fuit plus blanche que fee,

J'ai une pellerine en la salle trouvee

14908Qui a vous vuelt parrler, c'est veriteit prouvee.

Ne sai queille nouvelle vous arait raipportee.

Vous parrlerés a ly, s'i vous plait et agree. »

Quant Florantine l'ot, adont l'ait regardee;

14912Dit a la pellerine: « Vous soiez bien trouvee.

Dont venés, doulce amie, ne de quelle contree?

- Damme, dit li esclave qui fuit bien endoctrinee,

Saichiez bien que je vient d'oultre la mer sallee;

14916Droit en Cipre la grant passait mer a gallee,

La trouvait ung vaissalz de haulte renommee;

On l'appelle Lion, bien me sus avisee.

Tantost me demanda de quelz lieu estoie nee,

14920Je li dit de Sezille, celle terre doubtee.

Dis florin me donnait en monnoie contee

Et si me fist mengier avuec ly l'avespree

Et boire du cler vin a sa couppe doree.

14924Et pués si me priait quant je fis dessevree

Que je venisse cy en vous salle pavee,

Et fuissiez de my de parrt lui salluee;

Et me dit qu'il avoit la nouvelle escoutee

14928De son perre Herpin a la chiere membree,

Et qu'il revanroit cy et feroit retornee

Entre cy et ung moix, n'i feroit demoree.

De parrt moy vous sallue, c'est veriteit prouvee. »

14932Et quant Florantine ait la parrolle escoutee

Ne fuit mie aussi lie pour d'or une quaree.

Bien cude vir Lion qui tant ait renommee.

Mais ansoy que lou voit paisserait mainte annee:

14936Seize ans seront paisséz, c'est chose averee,

Ensi comme vous orés s'i vous plait et agree.

Lors commandait la damme que san point d'arestee

Folio 76vb

Soit bien la pellerine servie et honnoree.

14940A boire et a mengier a la tauble doree

Li fist on appourter a la tauble listee.

La faulce perrlerine c'est per neut regardee

Et voit lez doulx anffan de haulte renommee

14944En doulx bierx souffisant, la fuit lour chair posee.

Et la pute puant disoit a recellee:

« Dieu, c'or lez tenisse en Callabre la lee!

Se je pués esploitier ains ma retornee,

14948Lez porterait o moy en la nostre contree. »

La faulce pellerine fuit richement servie

De boire et de mengier, ne vous en doubtez mie.

Assés li apporte on pain, chair et vin sur lie;

14952Et elle de mengier estoit apparrillie.

Florantine l'a serte, lez lie l'ot asegie;

Cez morcialz li tailloit et de boire la prie;

Et celle vollantier a bien boire s'ottrie,

14956Et quant elle ot bien but adont fuit plus lie.

A la damme contoit per sa losangerie,

Et disoit: « Je vient, damme, de la terre de Surie

Et de Jherusalem la citeit ajansie,

14960Et du mont de Calvaire ou Dieu ot mort et vie.

Le Sepulcre baisait, damme, plux d'unne fie. »

Quant Florantine l'ot, si l'en ait moult prisie,

Et dit: « Damme, per Dieu, bien doit estre saintie

14964Voustre arme en parraidis avec la Dieu maingnie

Quant vous estez pour Dieu teillement travillie!

- Damme, dit li esclave, fait m'avés cortoisie.

De tout quant qu'ay acquis vous otroie la moitie. »

14968Adont fuit Florantine durement esjoye,

Mais c'elle sceust la grande fellonnie

Que celle li ferait ains sa despartie,

Tost eust commandéz qu'an ung feu fuit bruye.

14972Or fuit li esclauve en la chambre voltie

Avec la royne honnoree et servie.

Or fuit la pellerine en la chambre de pris.

La royne l'a serte et conjoyt tousdis.

14976La faulce regardoit lez doulx anffan petit

C'ons avoit doucement deden doulx repos mis,

Et disoit: « Se je pués, damme, per Jhesu Cris ,

Vous anffan porterait en estrainge pays.

14980Si malz vous paierait en cestui pourpris

Que bien poriez volloir que mez corpz fuit bruys! »

Ensi disoit la faulce cui li corpz soit maldit.

Et quant ceu vint l'oure qu'il fuit avespris

14984Elle s'an allait couchier, aprestér fuit li lis,

Jusques au point dou jour et qu'i fuit esclersis.

Au point dou jour tout droit, se nous dit li escris,

Folio 77ra

Se levait li esclave, cui li sien corpz maldis,

14988Pour gaitier de son fait comment l'aroit empris.

Mais ung poc devant prime, pour voir je lou vous di,

S'andormit Florantine; passés ot dez jour sis

Qu'elle n'avoit dormmi, trop estoit son cuer merris

14992Pour l'amour de Lion qui de soy c'est partis.

Or estoit cez cuer ung poc plux resjoys;

S'an estoit endormie la royne gentis.

Toute lez chamberiere dont y ot plus de dis,

14996Quant virent lour damme que repos avoit pris,

Se partirent de la que son n'i soit oys.

Li esclave remaint en la chambre tousdis,

Faisant moult la laissee et en fais et en dis.

15000Mais quant persoit la chambre ou li lieu fuit jolly,

Que damme n'i avoit, cez corpz fuit resjoys.

Erramment se levait, son atour ot vestis.

Venus est au repos ou Herpin estoit mis,

15004Dont l'a saisit li faulce, moult fuit cez cuer soupris.

Quant elle tint l'anffan tantost getait doulx cris;

Or voit bien li esclave se li sons est oys

Se serait perseute, s'an serait cez corpz honnis.

15008L'autre anffan n'osait prandre, moult le laissait envis,

Mais tant estoit souprise et son sans afleby

Que l'autre ne presist pour tout l'or de Paris.

Vint a une fenestre d'un vergier de hault pris;

15012L'anffan en son estour avoit posér et mis.

Ou vergier est sallis, c'est entrér ou cortis,

Elle trouvait ouverte et porte et postis.

Per la saulle s'an vait, rien ne li fuit desdis,

15016Nulz ne li contrevee qui vaille ung paresis.

Or s'an vait li esclave a sa malloyson,

Si enporte l'anffan en son destre giron.

Per Monlusant s'an vait sans faire arestisson;

15020Permy la maistre porte s'an issit a bandon.

L'esclavine devet san point d'atargisson;

Per dessus l'asclavine avoit bon pelisson

Et une bonne cotte, plux blanche que coutton;

15024L'anffan envolleppait en riche drap et bon

Qu'en la chambre trouvait, se fuit d'un siglaton.

Permy lez champz s'anfuyt, mussant en maint busson

C'elle veoit venir ne varlet ne garson.

15028Tantost s'anfuyt en ung boix dont la avoit foison.

De l'esclave, signour, ung petit larait on,

Si dirait de la damme que Florantine ot nom.

Quant la damme ot dormy, per une avision

15032S'aveillait la royne et menait hideux ton,

Car en songe li vint qu'elle veoit ung griffon

Que de son corpz venoit esraigier le pormon

Et li laissoit le cuer assi sain que poisson.

Folio 77rb

15036D'aultre parrt veoit d'un serpent la faisson

Que du feu de la geulle li ardoit sa faisson,

Et se li araichoit lez bras enz ou moillon.

Adont veoit venir ensi c'un pawillon

15040Qui en air le portoit en si loingtain roion

Que trouver nou pouoit li riche duc Lion.

A cez mot s'aveillait en reclamant Jheson,

Et dit a haulte voix: « Sire, nous te prion

15044Que ancor puisse veyr Lion le mien baron. »

Dont sallirent chamberiere quant oyrent le son

Et se li demanderent san nulle arestisson:

« Damme, comment vous est? Pour Dieu vous en prion!

15048- Per foid, dit Florantine, je ne san se malz non!

Or songoie ung songe dont sus en grant frisson,

Car il m'estoit avis que veoie ung griffon

Qu'esraigier me volloit le mien cuer et pormon;

15052Pués veoie ung serpent plux grant c'une maison

Qu'anflamber me venoit lez costez environ.

J'an ait au cuer grant doubte pour mon signour Lion;

Dieu li ottrie honnour s'i li vient a bon. »

15056Adont une norice li escrie a hault ton:

« Damme, pour Dieu mercy ne me faite cellison,

Ou est Herpin mon filz? Icy le laissait on!

- Je ne sai, dit la damme, foid que doie a Jheson. »

15060« Damme, dit li norice, pour Dieu ne lou cellez:

Ou est li mien filz que Herpin est nomméz?

- Je ne sai, » dit la damme a qui sans est mués;

Et dit: « Sainte Marie, d'annoy vous me gardez! »

15064On quist l'anffan per tout, ne fuit mie trouvéz.

L'esclave demanderent, enquis en ont assez.

« Per foid, dient l'un a l'autre, si fait est desguiséz!

Je croy que per l'esclave est li anffe ambléz. »

15068Florantine lez ot, li sang li est muéz,

Et dit: « Sainte Marie, ou est mez filz pourtér?

- Damme, s'ai dit Marie, si voir que Dieu fuit nez,

La faulce pellerine que ostellér avez

15072Ait emblér voustre anffan, il est bien veriteit.

Elle s'an est fuye, per Dieu qui fuit penés! »

Quant la damme l'antant, cez corpz en est pasméz;

Elle detraint sa main, cez cheveux ait tirér,

15076Et dit: « Terre, cor euvre et mon corpz engloutez!

Ains maix anffe ne fuit ainsi robéz.

Ay, sire Lion, gentilz hons, que direz

Quant yceste nouvelle de vous filz vous sarez? »

15080La demayne telz duelz, jamaix tel ne verrez.

Per le mien ensiant son corpz se fuit tuéz

Et d'un coutel d'aicier vistement acoréz

Se se ne fuit Bauduyn, li viez chenneut barbez,

Folio 77va

15084Et li boin roy de Sesille et Hanry li bien amez

Qui en la chambre vinrent ou lez avoit mandéz.

Li roy dit a sa fille ou grande fuit li biaulteit:

« Fille, laissiez le duelz, si vous reconfortez,

15088Car ceu que Dieu consent bien otroier dobvez.

Encor poroit estre que voustre filz averés,

Lion li vous maris fuit ensement menés.

Espoir qu'ancore per ly yert cez perre trouvéz,

15092Et assi porait estre que voustre filz rarés.

Laissiez ester le duelz, rien n'y conquesterés.

- Damme, dit Bauduyn li chevalier senés,

Bien en serait li fait contre Lion cellez,

15096Jai ne lou saverait en jour de son aiez.

Je vous prie pour Dieu que ceu duelz obliez,

Et nous le ferons querre per estrainge rengnez.

Il ne puet remennoir que nouvelle n'aiez.

15100– Laisse, dit Florantine, comme mez corpz est yrez!

Bien volroie morir, car j'ai viscut assés!

Car oncque je n'os bien pués que mez corpz fuit nez

Ensi qu'avenus est; pués qu'il fuit adjornéz

15104L'avoie bien songiér ensi que lou veés,

Car en avis me vint c'uns griffon redobtéz

Me venoit assaillir permy lez doulx coustez.

Li poumon m'araigait a cez grans ongle lez;

15108Li cuer me devoroit, c'est ceu que demouréz

M'est li ung de mez filz, li aultre m'est ostéz.

- C'est voir, dit Bauduyn, bien espelit l'avez,

Moult est vous corpz saige et moult senés.

15112- Helais, dit Florantine, come mez cuer est trobléz!

Car bien sai que j'arait aultre adversitez.

Encor me fuit avis, si vray que Dieu fuit nez,

Que veoie ung serpant, moult fuit demesuréz.

15116Per la goulle getoit feu tant, que enbrasés

Estoit tout li mien corpz et ars et enflambéz.

Pués en ung pawillon estoit mez corpz entréz

Et en si longe terre est mez corpz pourtéz,

15120Que per le mien signour qui tant est naturéz

Ne pouoit le mien corpz point estre trouvéz.

- Damme, dit Bauduyn li prous et li senez,

Jhesu Crist nous garisse qui estorait lez bleif,

15124Car si songe est moult crueux et desguiséz,

Et si serpent fellon qui tant est desraiéz

Se serait aulcun glous que grant adversitez

Volrait ver vous forfaire et s'i serait melléz.

15128Et ycy pawillon en quoy vous entrerez,

Se serait ung challant ou li voille et li trez

Vous condurait au vant tant que gairir porez,

Pués revanrait Lion li damoisialz membréz

15132Qui vous retrouverait en estrainge rengnez.

Ensi l'espoire jou comme vous dire m'oez.

Folio 77vb

Encontre voustre songe vous est ceu fait contéz;

Ne saip c'il avanrait, maix ceu est mez pancez

15136Que tout ceu signiffie le songe desguiséz. »

Ensi dit Bauduyn, li chevalier doubtéz.

Mais ansi qu'il avint, fuit depués averés

Li songe de la damme, dont ceu fuit grant piteit.

15140Moult fuit en grant dollour, ceu dit l'auctoriteit.

Or vous en vuelz laissier ung poc se c'est vous grez,

Et dirait de l'esclave qui lez chemin ferréz

S'an vait permy Sezille ou boin est li rengnez.

15144Or s'an vait li esclave qui enporte l'anffan,

Droitement ver Callabre vait la faulce corrant;

Ne saip que vous allesse cez jornee comptant.

Tant fist la pellerine, de quoy vous voy parrlant,

15148Que a Reges est venue, la citeit souffisant.

Le duc Garnier trouvait en son pallais lusant;

Dever Genoivre vait, dont je vous dit devant,

S'an vait la pellerine de quoy je voy parrlant;

15152Genoivre demandait, on li vait ensignant.

Quant Genoivre la voit bien la vait ravisant:

Contre lie est venue, si li vait demandant:

« Damme, s'ai dit Genoivre, avez vous l'anffan?

15156Lez doulx filz a Lion? Car je lez voy desirant. »

Et celle respondit haultement en oiant:

« Damme, veés en cy l'un, per le vray Roy amant,

Et li aultre est mors, ne lou vous yroie cellant,

15160Car c'il fuit en vie en la chamble plaisant

Je l'eusse apportéz dou tout a mon tallant,

Car si trez bien allait ma besoingne ordonnant

Que li damme creoit mon dit et mon samblant,

15164Et li faisoie entandre qu'a neif et a challant

J'avoie paissés la haulte mer bruyant,

Et veut le Sepulcre et le mont hault et grant

Ou Dieu ressut la mort pour nous faire garant. »

15168Quant Genoivre l'oyt, si s'an vait souriant,

Et li esclave dit: « Je li fis entandant

Que j'avoie vehut Lion le combaitant.

Elle me creoit bien selon mon ensiant,

15172Et pués si me fist mengier a sa tauble seant,

Moy tranchoit lez morcialz que j'alloie mengant

Et me versoit boin vin que j'alloie buvant;

Endementiers mengier m'alloit si fort plaingnant,

15176Si qu'elle s'andormit, si qu'a prime sonnant,

Toute cez chamberiere allerent hors issant

Pour la noise abaissier, et j'alloie entandant

Affin que je peusse faire le mien tallant.

15180Quant je vy qu'i fuit, s'allait saisir l'anffan.

Tenés, je lou vous donne, faites en vous commant! »

« Genoivre, dit l'esclave, tenés ceste anffanson.

Folio 78ra

Le vecy tout en vie ensi sain comme pisson;

15184Vous en poués bien faire vous tallant et vous bon. »

Genoivre prist l'anffan san nulle arestisson,

Et pués l'amallola a sa devision.

Le duc ait fait [venir] que Garnier ot a nom,

15188Et il y est venus, n'y fist arestisson.

Genoivre li ait dit quoiement a bas son:

« Sire, se dit la damme, vecy le filz Lion:

La croix ait sur l'espaulle plus rouge que charbon.

15192Faitez en vous volloir et vous division. »

Et quant le duc Garnier entandit la raison,

Ne fuit mie aussi liez pour l'avoir Salmon.

Pués ait dit a Genoivre: « Damme, per saint Symon,

15196U est li aultre anffe? Que recordér m'ait on

Qu'elle appourtait doulx filz d'unne engenrison;

Et ou est dont li aultre. Que ne l'apourtait on?

- Sire, s'ai dit l'esclave, en certain vous dit on,

15200Li aultre moruit n'ait pais longue saison.

Se doulx en eust heu, apportér lez eust on,

Maix li aultre est mors, dont ung grant marrison

Avoit la gentilz damme, ensi le me dit on.

15204- Genoivre, dit li duc, si androit vous prion:

Donnez a ceste damme avoir et riche don,

Car bien ait desservir qu'elle ait bonne parrson.

- Vollantier, dit Genoivre, si ait m'arme pardon! »

15208Cent florin li donnait la damme, se dit on,

Et deden la citeit une bonne maison;

Rentez et revenue li donnait a foison,

Maix assés tost vandit son avoir et son don

15212Et s'anfuyt de Reges quoiement a lairon,

Por tant qu'elle avoit mentit du filz Lion

Que n'estoit mie mors en ycelle saison.

Or vous dirait dou duc, qu'il fist de l'anfanson:

15216Ung escuier appelle qui Hanry ot a nom;

En trestoute la terre n'ot homme si fellon

Ne qui tant heust fait de tribulacion:

Ossis gens, robéz a tort et san raison,

15220Pucelle viollee; cuer avoit de lairon,

Ne oncque en sa vie ne pansait se malz nom.

Pour ceu que il estoit de si malvais regnon

L'appellait li faulz duc erramment per son nom,

15224Et li ait dit: « Hanry, prier te voroit on

Que cest petit anffan qu'ait fait li belz Lion

Volcisse mettre a exille et a secucion

Deden une fourest a ta devision.

15228- Sire, s'ai dit Hanry, per Dieu et per son nom,

Vollantier le ferait pués qu'il vous vient a bon. »

Il ait saisir l'anffan, si montait es gascon;

Tant quoiement l'emporte, veoir ne le pot on.

Folio 78rb

15232Or chevalche Hanry tout seulz san compaignie,

Si enporte l'anffan pour lui tollir la vie.

Une fourest avoit si qu'a lue et demie

De Rege en Callabre, la citeit antie.

15236En la forest entrait don l'erbe moult verdie.

Dou chevalz descendirent, s'ait l'espee saichie

Et ait saisir l'anffan si que per derverie;

Pour ly tranchier la teste vistement s'aiffie.

15240L'anffan desvollepait, s'ait l'espaulle saisie;

La esqueurt le brant don li aicier flambie;

Il eust a l'anffan la teste jus rongie,

Maix li dous Jhesu Crist ne lou consentit mie.

15244Or oiez le miraicle, pour Dieu je vous en prie,

Que Dieu fist de l'anffan qui fuit de grant lignie:

Li anffe, qui au grez Dieu qui de Vierge saintie

Naisquit pour raicheter tout humaingne lignie,

15248Quant persoit le brans dont li umbre ombrie,

Prist a geter ung ris, per la Dieu cortoisie.

Et quant Hanry le voit, la collour li norcie;

Ne desist ung soulz mot adont a celle fie

15252Que li eust donnér l'avoir de Rommenie.

Et quant il pot parler, a haulte voix c'escrie:

« Enffe dous, graicieux, tu n'ais mort desservie!

Se t'ocy ancy se serait grant diablie.

15256Oncque ne meffesis nulle rien en ta vie,

Dont seroie meschans et plain de fellonnie

Se cy per moy t'estoit ta jouvante essillie;

Per foid point n'avanrait que faice telz follie.

15260D'aultre peschief mortel est m'arme enpelchie,

Jai ne plaisse a Jhesu qu'elle soit plux chergie! »

Et li anffe ancor [gete] ung ris seconde fie,

Lors ne s'an pot tenir Hanry qu'i ne larmie.

15264De l'anffan ot pitiet si grande a ceste fie

Qu'i ne li feyst malz pour tout l'or de Surie.

Le mantelz li restaint qui fuit de soie d'Amarie;

Desous ung ollivier dont la feulle verdie

15268U l'on vait desdusant quant li solleil flambie,

La vint metre l'anffan que point ne s'i descrie.

Et quant il li ot mis, a haulte voix c'escrie:

« Anffe, je te commant au filz sainte Marie,

15272Jhesu Crist, qu'i te garisse, qui sa chair ot playe

En croix pour raicheter tout humainne lignie. »

Ensement fist Hanry a la chiere herdye.

La li fuit grant pitiet deden son cuer fichie,

15276Ains n'ot [nul] jour fait plux de bien en sa vie.

Or est li anffe reméz per desous l'ollivier,

Et Hanry s'an vait qu'ot cuer de gerroier.

Oncque ne s'arestait, si vint au duc Garnier;

15280Quant li duc l'ait oyr, ver lui ait approchiér,

De l'anffan li demande s'i l'ait fait devyer.

Folio 78va

«Oyr, s'ai dit Hanry, ne vous en fault soingnier!

Je li tranchait la teste a m'espee d'aicier.

15284S'il en eust heu cent, per Dieu le droiturier,

N'en fuit pais ung tout soulz arier repairiér.

- C'est bien dit, dit li roy que Dieu dont encombrier,

Car je sus bien aprins de faire telz mestier.

15288Or volrait assambler briefment maint soldoier,

Et trestout mez ost volrait je convoier

Es pays de Sezille que volrait essillier.

Pués que Lion n'i est, je volrait a mollier

15292Avoir la fille au roy que j'an ait desiriér.

Encor l'averait a qui qu'il en doit annoier!

- Sire, s'ai dit Hanry, ceu fait a ottroier.

Je volrait avuec vous aller et chevalchier.

15296– Per mon chief, dit li duc, vous en arez bon loier.

La premiere citeit que porait gaingnier

Vous ferait chaistellain, si que l'arez a baillier.

- Sire, s'ai dit Hanry, si me vuelz travillier

15300De voustre corpz servir et de vous avancier. »

Ensi li duc mennaice de Sezille l'iretier.

Cis Sire le confonde qui tout ait a jugier,

Car pués fist le pays teillement essillier

15304Qui oncque n'i laissait ne chaippelle ne moustier

Hor dez bonne ville qu'i ne feyst trabuchier.

Or lairait de ceu duc, si vous volrait noncier

Du filz Lion de Bourge qui fuit ez boix plennier.

15308Il y fuit toute neut san boire et san mengier;

Assez pot il de fain plorer et larmoier,

Car la neut n'ot norice qui lou venist aisier,

Fors soullement Jhesu qui tout ait a jugier,

15312Que la neut le gardait de mortel destorbier.

Et l'ondemain maitin quant jour doit esclairier,

Si qu'a sollail levant atant est ung vaichier

Que per lez boix [alloit] pour paistre et pour mengier

15316Vaiche, berbis, porcialz, car c'est son mestier.

Ensi que per lez boix alloit esbannoier

Antandit li anffan moult hault braire et noisier.

Celle parrt est venus ou l'a oyt crieir;

15320Quant il perrsoit l'anffan, la se vait adressier.

De piteux cuer le print adont a rewaitier:

« Enffe, ceu dit il, Jhesu te puist aidier

Ensi trez voirement que tu en as mestier;

15324Laisse, cil ne t'asmait gaire qui ci te volt laissier!

Jhesu Crist le confonde qui tout ait a jugier!

Enffe, devanras tés? Dieu te puist concillier.

Per ma foid, se j'osoie pour la mienne mollier,

15328Per deden mon ostelz te porteroie aisier.

Maix j'ai si malle damme, ne m'y ose fyer.

Assés tost poroit elle panser et cudier

Folio 78vb

Que tu fusse mes filz, ne t'ose enchergier.

15332Elle m'appelleroit tantost ribault lodier.

Or ne sai que ferait, ne te pués eslongier. »

Ensi dit li vaichier, loingtampz se devisait.

Maix au dairien tour pour l'anffan qui plorait

15336Et qui de famine la bouchette baiait,

A l'anffan est briefment venus et l'anpuingnait

Et dit qu'a son hosteit tantost le porterait.

Ces beste ait laissiéz, ver son hostelz s'an vait;

15340Sa femme Bietris droit a son huix trouvait.

Quant elle vit Elie qui anffan apportait,

Lors dit a haulte voix: « Biaulz sire, qu'esse la?

- Damme, c'est ung anffan que mez corpz trouvér ait

15344Deden ceste fourest; mal ait qui l'i laissait!

Il esraige de fain, je croy que tost morait.

Pour Dieu vous prie, amie, qui le monde estorait,

C'on li donne a maingier, grant almonne on ferait. »

15348La damme prist l'anffan, assés le regardait.

Tant le vit bel et gens que forment l'amait.

Le bain corruit chauffer, du paippin li donnait;

Il avoit grant fain, trois cornet encornait.

15352La vaichiere la androit briefment le baingnait.

Quant elle le tint neut et la croix avisait,

Lors ait dit au vaichier: « Savez comment il vait?

Vecy ung anffan qui grant maistre serait,

15356Car je sai bien qu'ancor ung roialme tanrait.

Roy serait corronnéz, car la croix vermelle ait.

Oncque enffe vivans teille croix n'apportait

Qui ne fuit en fin roy, on le m'ait dit piessait.

15360Or per celui Signour qui le monde estorait

Jamaix tant que je vive mez corpz ne li faurait,

Car li cuer si me dit que grant [bien] m'an vanrait.

Une norice arait qui bien l'alaiterait.

15364Tout ceu li donrait certe qu'i li faurait. »

Quant Elie l'antant, grant joie en demenait,

Si li dit: « Doulce amie, bien ait qui vous portait!

Pansez de la nourir, si ne li faillez ja,

15368Car je croy quant il serait grant que bon serait

A bien garder mez vaiche, grant mestier en arait. »

Ensi dit li vaichier, maix il s'an repantirait,

Car depués li donsialz cez vaiches wardait

15372Tant que tout le trouppelz vandit et alouait.

Et la damme li dit: « Baptisier le faurait. »

Et li vaichier adont moult bien s'i ottriait,

Et dit: « Bien que por tant que l'anffanson trouvais

15376Per desous l'ollivier es boix per dela,

Que le nom d'Ollivier appeller le ferait. »

Folio 79ra

Tout ansement le fist comme le devisait.

Ollivier l'appellerent, cis non li demorait;

15380Ensi serait appellés tant comme il viverait.

Li anffe devint grant, crut et amandait.

Mais de ly vous larait; je croy c'on vous dirait

Du faulz duc de Callabre qui cez ost assamblait.

15384Li prince de Tarante isnellement mandait,

Et il y est venus a tant de gens qu'il ait.

Cent mil Callabrien li duc Garnier assamblait

Et issit de Callabre, en Sezille entrait;

15388Per deden le roialme tantost le feu boutait.

Mainte citeit assist, maint chaistel conquestait;

A Bonivant s'an vint ou riche chaistelz ait:

A dis lieu estoit, si comme on me comptait,

15392De Monlusant la ville ou li roy demourait.

Bonivant tout antour li duc Garnier asegait;

Au borgois de la ville une lettre envoyait

Per quaitre messaigier, et au borgois mandait

15396C'on li rande la ville ou il lez assaulrait.

Et cil se sont partis que nulz n'i arestait;

A Bonivant entrerent ou bonne citeit ait.

Li quaitre messaigier vinrent a Bonivant.

15400Lez bourgois de la ville manderent vistement;

En une haulte saulle furent menér briefment.

L'un dez quaitre parrlait et ait dit haultement:

« Biaulz signour, entandés c'il vous vient a tallant.

15404Li riche duc vous mande, a qui Callabre appant,

Que la ville li randés, per teille couvenant

Qu'a signour le tenés et faite serrement;

Et il serait vous sire, per telz devisement

15408Qu'as us et au coustume a vous commandement

Teille que vous volrés deviser propprement

Vous tanrait li bon duc san nulz malz ensiant. »

Et quant li borgois ont oyr li parrlement,

15412A ung conseille allerent tout communalment.

La orent a conseille a lour despartement

Que en depit du duc et de toute sa gens,

Panderont au crenialz de la ville briefment

15416Lez quaitre messaigier que la ont ensement

Apourtér ceu messaige encontre yalz tellement,

Et pués le manderont au roy isnellement

Que secorrir lez viengne san nulz arestement.

15420Lez quaitre messaigier ont prins incontinant;

Au creniaulz de la ville lez pandirent vistement

En despit du duc que le sien serrement

Ait rompus ver Lion le vaissalz de jouvant.

15424Ver lez fossez aqueurt li duc au fier tallant;

A sa voix qu'il ot clere c'escriait haultement:

« Signour borgois, dit il, per le mien serrement,

Je vous ait de ma foid et de Dieu couvenant

Folio 79rb

15428Que jamais de ceu siege ne ferait partement

Si vous arait saisir et encrowéz au vant;

Ne vous garantiroit li avoir d'Oriant! »

« Signour, s'ai dit li duc, ne vous mantirait mie:

15432J'ai per telz couvenant vous citeit asegie

Que je n'an partirait en nulz jour de ma vie

Si vous arait destruit et tous mis a haichie. »

Ung borgois respondit que haultement c'escrie:

15436« Sire faulz duc, dit il, le corpz Dieu vous maldie!

De voustre sairement ne donroie une aillie,

Car vous avés, piessait, la voustre foid mentie

Contre le belz Lion qui tant ait signorie.

15440A Romme la citeit en fuit la paix ottroye,

Or l'avés a grant tort maintenant commancie;

Mais chiere l'aquierrés ains l'annee acomplie,

Car nous avons de lui bonne nouvelle oye.

15444Per tant revanrait, si nous ferait aye. »

Et quant li duc l'oyt, de maltallant rougie.

A ses trés repairait li duc a ceste fie,

Dollant pour cez messaigier que lour mort ont jugie.

15448Il ait a ung messaigier une lettre chergie

Et au roy sezillois l'ait briefment envoye

En disant: « Jou, duc de Callabre l'antie,

Je vous fais assavoir et vous mande et prie

15452Qu'anvoier me vuelliez, per voustre cortoisie,

Vous fille Florantine qui de biaulteit flambie,

Car a Lion l'avez faussement ottroye.

Or est tempz qu'a moy soit reconvertie;

15456Duchesse la ferait de ma grant signorie.

Se vous ne l'anvoiez, li mien corpz vous deffie! »

Ensi disoit la lettrez dont je vous signiffie.

A ung messaigier fuit donnee et ottroye,

15460Et cil s'an est partis, s'ait sa voie aqueullie;

Ver Monlusant s'an vait, la fermetez antie.

Il ait trouvér le roy en la saulle voltie;

De Dieu le salluait, le filz sainte Marie,

15464Et dist: « Si Dammedieu qui volt perrdre la vie

En croix pour raicheter tout humainne lignie

Vuelle garder le roy et sa chevaillerie!

- Amis, s'ai dit Hanry, Jhesu te benoye.

15468Dont vient ne de quelz terre ne de quelle partie?

Ait tu du duc Garnier nulle nouvelle oye

Qu'a tort et san raison le mien pays gerrie?

- Sire, dit li messaigier, foid que doie saint Elie,

15472Je sus cez messaigier, ne vous mantirait mie.

Regardez ceste lettrez que vous est envoye. »

Dont print le roy le brief, ung chaippellain l'otrie,

Et cilz lisit le brief, s'ait la tenour choisie,

15476Et dit au roy Hanry: « Roy, oiez la follie

Que cilz cuver glouton vous mande per follie:

Folio 79va

Il vuelt que voustre fille li soit tost en aye,

A mollier la panrait se li est ottroye,

15480Ainsi arés ver lie bonne paix fiancie.

Se ne li anvoiez, bialz sire, il vous deffie;

Ne vous larait de terre vaillant une demie. »

Et quant li roy l'oyt, tout li sang li fremie.

15484A sa fille briefment ait la chose jehie.

Adont fuit la royne durement corrocie,

Et dit: « Laisse, meschans, quant serai ge vangie

De ceu glouton puant dont j'ai estéit honnie?

15488Je prie a Jhesu Crist qui moruit en haichie

Que ancor puisse veyr le jour et la neutie

Que je soie vangie de sa losangerie!

A, sire Lion, hons de grant signorie,

15492Se vous fuissiez icy je ne me doubte mie

Que jai li duc Garnier que sa foid ait mentie

Eust encontre vous la guerre commancie;

Mais pour ceu qu'il sceit bien que en ceste partie

15496N'estes pais, a ceu jour portant nous cuverie. »

Lors ploure tanrement et de cez yeulz larmie,

Et li bon roy a la barbe florie

Respondit au messaige per grande cortoisie,

15500Et dit: « Messaigier, cy ne demourez mie!

Dite a vous signour cui le corpz Dieu maldie

Que jai il n'averait Florantine a amie,

Car elle est a Lion donnee et otroye;

15504Se n'est mie raison que li soit forgugie,

Maix il ait ceste gerre et sa grant fellonnie,

Car devant l'appostolle de Romme la garnie

Jurait son serement voiant la baronnie

15508Qu'il ne feroit jamaix a Lion fellonnie.

De tant qu'il en ait fait ait sa foid mentie.

S'i n'en vient a mercy et la gerre ait laissie,

Mes ost assamblerait decy en Rommenie.

15512A ly me combaiterait soit sans ou follie! »

Et dit li messaigier: « Voustre arme soit saintie!

Bien li serait de parrt moy ceste chose noncie,

Maix je croy bien et cude qu'il nou ferait mie.

15516Ne me saichiez malz grés se mon corpz vous deffie;

Il lou me commandait en sa tante jollie.

- Nennin, s'ai dit la damme, quoy que messaige die

Il n'en doit avoir ne payne ne haichie. »

15520Li messaigier s'an parrt, s'ait sa voie aqueullie,

Et li roy vait mandant sa grande chevaillerie.

Prince, duc et conte qui sont de sa lignie,

Tous noble et non noble per sa terre jollie

15524Vait mandant roy Hanry qu'i ne s'atargent mie.

En Vauvenisse mandait, quoy c'on vous die,

Le riche duc Raymon a la chiere herdie.

Maix il ne pot venir pour ceu c'on le gerrie,

Folio 79vb

15528Carambaus le viellair et toute sa lignie.

Si vous dirait pour quoy la gerre est commancie:

Li duc Raymon avoit sa femme deschaissie,

Parisse la duchesse, de la terre banie;

15532Per le faulz traytour et per sa losangerie

L'avoit a grant tort ver le duc corroucie;

Pour ceu ne pot venir li duc, quoy c'on vous die,

Aidier le roy Hanry, signour, a ceste fye.

15536Or vous larait du roy et de sa baronnie,

Du messaige dirait qui ne s'arestait mie.

Si vint a Bonivant enmy la praierie;

Per devant la citeit qui lut et reflambie

15540Trouvait le duc Garnier, haultement li escrie,

Et li dit: « Sire duc, pour Dieu, ne pancez mie

Que Florantine soit ja nulz jour voustre amie,

Car je vous ait couvent de ma foid fiansie,

15544Que j'oi la royne jurer moult despaisie

Qu'ains en ung feu seroit arse et essillie

Que jai vous l'eussiez en la voustre baillie,

Et li roy ne vous prise une pomme porie!

15548- Per mon chief, dit li duc, ainsement n'irait mie!

Soit a ly belz ou lais, ains que li fait detrie

Je l'arait a mollier ou j'an arait la vie!

Or vuelz que de maitin soit la ville assaillie

15552Et si donne tout l'avoir a la soldoierie,

Ja n'an demanderait une toute soulle maillie. »

Et quant cis l'ont oyr, en firent chiere lie.

As arme vont corrant comme gens resoingnie

15556Chevalier, gens a piet et li soldoierie,

Et li abbollestrier a baitaille rengie.

Tout vinrent en l'assault a la citeit garnie,

Et li noble borgois que Jhesu beneye

15560Queurent a la deffance, s'ont la clocque bondie.

La commansait assault et moult fort envaye

De traire et de geter per grande fellonnie.

Per devant Bonivant fuit moult grant li assault.

15564Li abbollestrier traient saiette et quairialz

Et li noble borgois deffandent lour muralz,

Car il getent avalz piere et quaillaus

Et traient d'espingalle, et traient grant baus

15568Et poursous grant planteit; la estoit vive chaus

Que lez Callabrien faisoit la moult de malz.

L'iauwe fuit cuite et pesans et mortialz,

Car la fuit effrondés maint chief et maint cranialz.

15572Tant y avoit de gens la hault sus lez crenialz

C'on ne lour pot meffaire la monde de doulx alz.

Li duc fist le feu traire qui fuit ardant et chaus;

La fuit au pallis assés grant li assault;

15576Jusques au vespre durait li assault criminalz.

Retraite fist sonner Garnier li desloialz;

Le prince de Tarante retornait lez grant saulz.

Folio (80ra)

Due to an error in the manuscript, where the text of folio 80 is repeated, there is double folio numbering: we have added the numbering for folio 80 in brackets.

Folio 81ra

Callabrien repairent corrouciéz et dollant,

15580Sonnoient lez busine et cez riche olliffant.

Au tante et au trez s'an vont desarmant,

Et li bourgois lez vont moult haultement huant.

A lour ost s'an vont vistement repairant.

15584L'ondemain au maitin s'allerent concillant

Et si orent d'acord li petit et li grant

Que droit au roy Hanry il yront envoiant

Pour avoir le secour, car moult se vont doubtant

15588Que vitaille ne voit a la citeit faillant.

Tout droit a mieneut que li cocque vont chantant

Prinrent ung messaigier et le vont appellant

Et se li ont bailliér une lettrez a ytant,

15592Et pués li ont priéir que droit a Monlusant

S'an voit tout droit au roy celle lettrez portant.

Et si s'en est partis, ne s'i vait atargens;

Permy l'ost est paissés tout a son commant.

15596Quant l'ost eut trepessés, Dieu vait graiciant.

Il trepesse lez mont et lez valz vait avallant;

Tant fist li messaigier dont je vous voy contant

Que deden Monlusant ung mardit vait entrant.

15600La ait trouvér le roy que le poil ot ferrant

Qui alloit la cez grant ost attandant.

Est venus li messaigier qui le vait salluant

De cely qui moruit pour nous faire garant.

15604Et li roy li respont doulcement en oiant:

« Messaigier, bien vingniez, per Dieu le Roy poissant! »

Et cil li vait le brief ysnellement baillant,

Et li roy le fist lire ung prestre souffisant

15608Qui li ait dit: « Frans roy, entandez mon tallant:

Cilz de Bonivent te vont, sire, icy mandant,

Que vous lez secorrez a l'espee tranchant,

Car vitaille lour vait forment amanrissant.

15612S'ont mestier de secour, moult lez vait covrissant

Li fors duc de Callabre et lez vait assaillant

Chescun jour une foid de mervillous samblant. »

Quant li roy oyt le brief, si respont en oiant:

15616« Messaigier, dit li roy, allez en repairant,

Et cis de ma citeit m'irés vous salluant

Et lour dirés bien, ne se voissent doubtant

Qu'ansoy qu'il soit quinze jour aront secour si grant

15620Que je menrait o moy tout mon ariere bant;

Se Dieu me vuelt aidier, il aront boin garant! »

Mist main a s'almonniere, dis mars li vait donnant.

Il mengait a la court, pués s'allait retornant

15624Ou yert droit Bonivant, et tant vait esploitant

Qu'il entrait en la ville. Au borgois vait contant

Tout le mandement au boin roy combaitant;

Li borgois quant l'oyrent moult en furent joiant.

Folio 81rb

15628Or vous yrait dou roy la venue contant:

Tant assamblait de pueple, selon mon essiant

Bien sont soissante millier ou bien se vait fiant.

Venus est a sa fille, si li dit en oiant:

15632« Fille, je vous commant au Roy Perre amant,

Car je me voy conbaitre encontre le tirant

Folio (80rb)

Que pour l'amour de vous me fait de payne tant.

Maix je ne retornerait jamaix en mon vivant

15636S'arait heu baitaille contre le soldoiant. »

Quant Florantine l'ot, si li dit en plorant:

« Pere, pour cely Dieu que li Juyf puant

Allerent en la croix pour nous tous travillant,

15640Je vous prie et requier que vous allés baillant

Vous ost et vous baron a ung prince vaillant

Que voist en nom de vous gerroier maintenant.

Vous estes viez et fraille; dez or maix en avant

15644Ne dobvez estre en gerre ne en estour pesant,

Ne ne dobvés vestir le haubert joserant

Ne entrer en baitaille ne estre combaitant.

Sire, pour Dieu vous prie, allez vous reposant.

15648- Fille, s'ai dit li roy, je n'an ferait niant,

Car ost san caippitainne ne vault mie ung besant,

Et je ne sai nulz homme en cest ciecle vivant

Que de mener teille ost m'allaisse jou fiant.

15652Et si ne sai nulz homme pour qui on fezist tant,

Car telz vanroit o moy morir deden ung champz

Que c'il ne m'y veoit, il s'en yroit fuyant.

Se sont tous my ammi, my homme et my sergens,

15656Et je lez paierait dou tout a lour tallant;

Car se il me servent bien, lez yrait paiant

Tout a lour vollanteit, jai ne s'an yront plaingnant

De moy per nulz endroit en jour de lour vivant! »

15660Lors dit a Bauduyn de Monclin le vaillant:

« Bauduyn, dit li roy, ma fille a vous commant

En ycelle maniere que Lion fist devant.

- Sire, dit Bauduyn, per Dieu le Roy amant,

15664Je ne li faurait ja en jour de mon vivant.

Dieu vous otroie victoire per son digne commant! »

Adont vait li bon roy Florantine acollant,

Quaitre foid le baisait en la bouche devant.

15668A ycelle houre s'an vait roy Hanry desparrtant;

Jamaix ne lou verrait en jour de son vivant.

Or s'an vait roy Hanry de Sezille la lee;

A soissante mil homme fuit son ost nombree.

15672De Monlusant issirent une maitinee;

Tout droit ver Bonivant ont lour voie tornee.

Ne saip que vous en seroit longue chanson chantee:

Il ont tant esploitiér per Sezille la llee

15676Qu'i virent Bonivant qui bien estoit fermee.

Ne peust pais cheyr per dessus la terree.

La fuit maint quariaulz trait briefment a la vollee;

Mainte saiette aussi y fuit ceu jour bersee.

15680Tant ont trait ceu jour, c'est chose averee,

Folio 81va

Desa la citeit ot une riviere lee,

La se sont habergiéz celle gens redoubtee;

Et dela l'yauwe estoient celle gens ostellee

15684Que la citeit avoient tellement environnee.

De l'un ost jusqu'a l'autre n'ot pais une luee.

Dessus la grant riviere commansait la jornee

Ung villain palletis et moult grant assamblee.

15688Trois jour y est per desa la gens repose

Folio 80va

Et font pont cherpanter pour l'iauwe oultre passee.

Li riche roy Hanry ait baitaille mandee

Au riche duc Garnier que sa foid ait faulsee.

15692A ung lundit maitin fuit mise la jornee

De la baitaille faire, dont je vous ait contee.

Le diemange y ot mainte larme ploree.

Sezillois ont moult bien lour besoingne ordonnee,

15696Et l'ondemain maitin per devant l'ajornee

Furent li pont tout prest pour passer l'iauwe redotee.

La gens au riche roy quant elle fuit armee

Paisserent lez grant pons a baitaille ordonnee.

15700La avoit mainte ansaingne bien faite et bien ovree,

Mainte belle baniere et mainte targe listee,

Et maint corrant destrier a la cruppe trieulee;

L'ansaingne au roy Hanry fuit conduite et menee

15704Desus ung riche cher c'on menait per la pree

Devant le riche roy qui de cuer l'ait guiee.

La riviere paisserent dont j'ai fait devisee,

Et aprés que li ost fuit tout oultre passee,

15608Li riche roy Hanry a la barbe merlee

Fist le pont despecier, car ainsi li agree.

Ne vuelt pais que sa gens soient san li retornee;

Ou vaincre la baitaille lour covient la jornee,

15712Ou morir a dollour de mort ensanglantee.

Li duc estoit dela le trait d'unne abbolletree.

Au prince de Tarante ait s'ansaingne donnee,

Ambdui furent ensamble a ycelle jornee.

15716La gens au duc estoient sur lez champz aprestee

Pour attandre baitaille rengie et ordonnee.

Au commancier l'assault et la fiere merlee

Ont d'unne parrt et d'aultre mainte trompe sonnee

15720Et maint riche olliffant cornant a l'assamblee.

Teille noise ot la faite et demenee

Que la terre en tombit plus d'unne luee.

Il viennent pas pour pas traiant a la vollee,

15724Ossis drus se sont rengiéz, c'est veritez prouvee,

Que se une pume fuit dez cielz lassus verse

Folio 81vb

Que li artillerie fuit trestoute alouuee;

Dont coperent lour ars, chescun ait trait l'espee,

15728Si viennent main a main commancier la merlee

Et fierent l'un a l'autre comme gens redobtee.

Ceu jour furent maint corpz de lour arme sevree,

Et mainte teste y ot tranchie et coppee.

15732Mainte baniere y ot ceu jour a terre versee;

Dez navrés y fuit si grande la criee

Que jamaix la pitiet ne seroit racontee.

Folio (80vb)

La ossient l'un l'autre comme gens dervee.

15736Cis que ceste gerre avoit a tort brasee

Doit bien deden enfer avoir s'arme ostellee!

Et je croy moult trez bien qu'elle y est amaissee,

Car telz quairante mil en ont gut sur la pree

15740Que jamaix ne verront mollier ne esposee.

La fuit teille baitaille a celle maitinee

Dont la perde n'en yert a nulz jour restoree.

Grande fuit la baitaille devant Bonivant.

15744Li borgois de la ville s'armerent vistement,

Et si orent d'acord tout communalment

Que se lou roy de Sezille au fier contennement

En avoit le pis a ceu tornoiement,

15748Que la ville laront san nulz arestement

Et si enporteront lour or et lour argens.

Tous lour riche joyaulz trousseront quoiement;

La baitaille regarderent et le chaiplement.

15752Oncque teille ne fuit pués le tempz Florant.

Dieu, que le roy a qui Sezille appant

Se prouvait cely jour moult vaillamment!

Ceu qu'il ataint, mort est san nulz recovrement,

15756Et tuit si baron y fierent vaillamment.

Sus lez Callabrien vont ferir teillement

Que dis mil en ont mors a ceu commancement.

Li prince de Tarante chevalche fierement

15760Tout permy la baitaille, et la presse deffant.

Il tenoit une haiche dont li aicier replant,

Maix n'aconsuyt nulz homme tant ait d'adoubement

Qu'il ne voit pourfandant jusques au dant devant.

15764On le redoubte plus et son demennement

C'on ne fesist des aultre, per ma foid, yaulz cent!

La presse rout et fant a son commandement.

Le duc Garnier le suyt qui l'ayme loialment.

15768A ceu jour se prouvait li duc moult vaillamment;

La oyssiez grant noise et grant cherpantement,

Ossir et crevanter et tuer laidement.

Telz y vint tout haitiéz que grant angoisse sent.

15772Li rois crie « Sezille! » que moult ot herdement;

Condure fait s'ansaingne devant li franchement.

La ot ung palletis qui durait longuement;

Back to top