You are here

Lion de Bourges

Introduction

La Chanson de Lion de Bourges est une des dernières chansons de geste, sinon la dernière existante. Elle est donc riche en références intertextuelles à ses prédécesseurs et a été abondamment influencée par eux. Pour une analyse complète des répétitions thématiques, nous nous référons à la seule édition moderne existante de ce texte : William Kibler, Jean-Louis Picherit, Thelma Fenster, éds. Lion de Bourges. 2 tomes. Genève: Droz, 1980.
Nous connaissons deux manuscrits survivants de Lion de Bourges qui a probablement été composé dans sa version originale vers 1350 (pour la datation et la composition du texte, voir Kibler, cxix-cxxi) dans la région de la Picardie par un scribe de la Lorraine (Kibler, xiii). C’est possible, en fait, qu’un parent paternel d’Elisabeth de la Lorraine a commandé la création de ce texte. Le même est possible pour le fragment français de Lohier et Malart. Le modèle pour la dernière adaptation d’Elisabeth, Hugues Capet a aussi été écrit dans le dialecte picard. Les deux manuscrits existants sont:

  • BN ms. fr. 22555, anc. F. Sorbonne 450. Suivant l’exemple de William W. Kibler, et al., nous avons utilisé ce manuscrit comme notre manuscrit de base. Celui-ci date du seizième siècle.
  • BN ms. fr. 351, anc. F. fr. 6971 (XVIth s.)

Nous fournirons un résumé succinct pour chaque groupe de folios publiés ici. Les résumés sont basés sur l’introduction excellente dans Kibler et al. (xx-liv).